Archives de catégorie : L’art d’être pillard (en empruntant des rimes à Hugo)

*10

C’était là, dans cette grande demeure, C’était là, dans ce soleil éclatant, C’était là, que vivait un feu ardent C’était là, la porte ouverte à mon cœur

Publié dans L'art d'être pillard (en empruntant des rimes à Hugo) | Laisser un commentaire

*9

Une fille Frivole Est un être Ephémère Elle s’Envole Tout comme une Chimère.

Publié dans L'art d'être pillard (en empruntant des rimes à Hugo) | Laisser un commentaire

*8

Ton absence a brisé le miroir Seule face à cette vie – la douleur A fait disparaître cette lueur Que tu aimais voir dans mes yeux le soir

Publié dans L'art d'être pillard (en empruntant des rimes à Hugo) | Laisser un commentaire

*7

Et avec toi, Cet immense silence Résonne en moi Comme une douleur intense

Publié dans L'art d'être pillard (en empruntant des rimes à Hugo) | Laisser un commentaire

*6

Je marchais dans le noir Sur un immense Chemin plein de miroirs Vers le silence

Publié dans L'art d'être pillard (en empruntant des rimes à Hugo) | Laisser un commentaire

*5

Il la vit dans son regard éclatant, Toute cette douceur qui la composait, Toute cette douceur sans difformités, Elle était perfection comme il l’entendait.

Publié dans L'art d'être pillard (en empruntant des rimes à Hugo) | Laisser un commentaire

*4

Regarder un miroir Tout seul le soir Contempler, regarder Et puis pleurer.

Publié dans L'art d'être pillard (en empruntant des rimes à Hugo) | Laisser un commentaire

*3

Un regard, un sourire Puis un soupir. Une parole, un baiser Un cœur brisé.

Publié dans L'art d'être pillard (en empruntant des rimes à Hugo) | Laisser un commentaire

*2

Malgré la douleur en ce jour d’ombre je demeure seul en ce lieu sombre

Publié dans L'art d'être pillard (en empruntant des rimes à Hugo) | Laisser un commentaire

*1

Publié dans L'art d'être pillard (en empruntant des rimes à Hugo) | Laisser un commentaire