D 6015 – image manquante

F1020031

Cette image manquante est imprimée sur un papier glacé qui donne aux couleurs de l’intensité.

On y voit cette plage où ma petite sœur pose comme toujours avec son grand sourire qui montre sa joie de vivre. Elle regarde le photographe qui est certainement mon père. Ma sœur est mise en valeur par ses vêtements colorés. Elle porte une robe rose fuchsia, avec à son cou le nœud du maillot de bain qui ressort. Ces cheveux blonds sont détachés et frisent plus que jamais. Ses chaussures sont assorties à sa robe. La mer, elle, est d’un bleu turquoise avec son sable blanc.

Les tas de terre du chantier me rappellent ces dunes de sables. Les cabanes de tôle, celles du bord de la plage.

C. D.

F1040020

L’image manquante est la vue d’un chantier en construction. Il est la grande attraction des délinquants, des trafiquants, et la fierté du maire qui compte sur ce chantier pour assurer sa réélection.

C’est donc une image officielle prise par un photographe professionnel, une commande sans aucun intérêt artistique. Avant, ce paysage l’aurait peut-être davantage enthousiasmé. C’était un grand champ bordé d’arbres que j’admirais le matin de ma fenêtre, un champ multi-teintes – du vert, du bleu, du jaune qui s’effacent en été et blanchissent en hiver pour laisser les enfants jouer. Aujourd’hui, c’est un parking délimité par des garages et des arbres que je déteste regarder.

Des champs aux chantiers, il s’est passé des choses et cette image disparue le montre. Elle montre les camions qui laissent des traces dans la terre, les tas de sables, de graviers et de parpaings qui laissent tous des ombres, des ombres où des ouvriers se reposent.

Ils sont à peine visibles, seul le grutier se distingue. Il est de dos sur l’échelle, il doit sûrement en descendre même si rien ne permet de l’affirmer. Il me donne le vertige, moi qui ne l’ai pas, la photo est cadrée d’une telle façon que la grue heureusement bien fixée semble pencher sur le côté. Je regarde le paysage encore visible avant qu’il ne disparaisse derrière les constructions de l’homme.

Lorine Estermann

F1050008

Ce contenu a été publié dans Voyages en ville 2012-2013. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.