C’est la fin.

J’ai passé des mois et des mois à me demander si on pouvait y croire. Maintenant, je sais. J’ai mis longtemps avant d’en arriver à cette conclusion. Je repense à tout ce que nous avons partagé, toutes ces nuits au téléphone pour se dire bonne nuit, toutes nos photos, tous nos délires. J’oublierai tout, du jour au lendemain j’ai compris, on n’a aucune chance d’y arriver un jour. C’est bon, j’ai fait trop d’efforts, j’abandonne. J’ai rangé tout ce qu’il me restait de nous, j’en ai marre de jouer. Je te laisse, trouve un autre passe-temps. J’avais plein de projets pour nous, mais on va s’arrêter là. Je sais ce que tu vas faire, demain j’ouvrirai ma porte et juste derrière tu seras là, les yeux emplis de larmes et les bras de cadeaux. Tu me diras mille pardons, et tu chanteras nos chansons. Oui, mais demain, ce sera trop tard, cette fois, il n’y aura plus personne pour t’ouvrir la porte. Je te demande pardon (oui j’en viens à m’excuser, car tu vas avoir mal). Je ne serai plus là, je pars. Je laisse tout derrière moi car tout me ramène à toi, tu es partout. Aujourd’hui je vis pour moi, il y a d’autres histoires qui n’attendent que moi. Avec toi, je ne me sens plus moi. C’est fini, j’abandonne. Je change de numéros, d’adresse, d’e-mail. Tu sors de ma vie une bonne fois pour toutes. Toutes les photos sont brûlées ; pardon, c’était trop bon de voir notre histoire partir en fumée sans que tu l’aies décidé. Tu rêvais de partir avec ton père, de faire ta vie en Nouvelle-Calédonie. C’était ton rêve, je le réalise. J’ai trop mal, c’est fini. A la fin, Roméo mourait près de Juliette, notre histoire se finit là.

Ce contenu a été publié dans c'est la fin. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.