Portrait sous forme de métamorphose

Plus le temps passe, plus vos douleurs dorsales deviennent fortes, votre cou devient dur, vous ne pouvez plus tourner la tête. La rigidité qui paralyse votre cou s’installe dans tout votre dos. Vos mains et vos pieds grossissent tellement que vous pouvez vous appuyer dessus sans aucune difficulté. Des sortes d’écailles sortent de votre peau. Vous bronzez beaucoup plus facilement que d’habitude. Ce mal atroce vous oblige à rester en avant. Vos jambes et le haut de votre corps forment un angle droit.

Dans dix ans vous serez toujours dans cet état-là, mais votre peau sera ornée de petites cicatrices en forme de mots ou de taches de graisse impossible à enlever, les élèves vous auront pris pour table, ils jetteront leurs livres sur vous.

Ce contenu a été publié dans Journée des arts, tout va changer. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.