Miya

Je vivais dans le noir depuis 9 mois et, d’un coup, mon visage fut ébloui. Je n’avais jamais vu ça avant. C’était chaud, c’était beau. Je commençais à voir ce qui m’entourait. Je vis ma mère et mon père pour la première fois.

Deux ans plus tard, sans que je sache ce qui m’arrivait, je fus adoptée par une famille que je ne connaissais guère. Cette famille était heureuse de m’avoir près d’elle. C’était une famille aisée, elle possédait une immense maison et une grande cour. Je ne manquais jamais de rien, j’étais heureuse d’être avec eux.

Mais quelques années plus tard (j’avais alors 10 ans), la maison dans laquelle je demeurais devint étrange. Les murs cognaient et pendant mon sommeil je sentis un courant d’air et entendis une voix près de moi me dire « T’es qui? » « Vas-t’en ». Je me réveillais toujours en sursaut, allumais ma lampe et je ne voyais jamais personne.

Je décidai d’en parler à mes parents adoptifs. Et là, ils m’expliquèrent le drame qu’ils avaient vécu avant mon arrivée. Ils avaient eu une jolie petite fille du nom d’Anne. Pendant qu’elle faisait du vélo avec son père, une voiture était arrivée à une vitesse folle et l’avait percutée. Anne n’avait pas survécu à cet accident et le conducteur de la voiture avait pris la fuite. Peut-être était-ce leur fille qui hantait cette maison.

Plus les jours passaient, plus la présence qui envahissait la maison se faisait sentir.

Mes parents sortirent un soir en me laissant seule. Vers 23 heures, je commençai à m’endormir. Je me levai pour monter dans ma chambre quand soudain j’entendis un bruit sourd. J’aperçus une poêle par terre. Je la ramassai et repartis mais une chose étrange me repoussait en arrière, je ne pouvais plus accéder à l’étage. Prise d’angoisse, je courus vers la porte d’entrée mais je ne pouvais plus l’ouvrir, elle était bloquée comme si quelqu’un tenait la poignée derrière la porte. Je criai le plus fort possible pour que quelqu’un du voisinage m’entende mais personne n’intervint. Une voix derrière mon oreille prononçait distinctement mon prénom… J’étais au bord de la folie.

Ce contenu a été publié dans Qui nous sommes. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.