Je t’attends

J’étais là, l’attendant tristement, perdu dans mes pensées, dans mes vêtements de neige,  j’attendais mon amant, je regardais au loin guettant sa venue le cœur plein d’espoir, je devinais notre destin à travers la brume du matin, peut-être n’était-ce qu’une illusion, peut-être ne viendrait-il jamais. J’aimais croire en sa venue. J’avais froid, je voulais ses bras et ainsi sentir la chaleur de son corps contre moi, et l’aimais comme jamais je ne l’avais fait. J’attends tant de cet homme, de l’amour, je m’imagine à ses côtés :  je ris, je pleure, je doute mais j’aime. Peut-être est-il brun, peut-être est-il de ceux qui croient au coup de foudre, peut-être est-il écrivain ou encore homme d’affaires. En tous cas j’ai hâte que Cupidon m’apporte cet être formidable à mes yeux qui me fasse devenir une femme, une femme libre, épanouie, attendrie, aimante, amoureuse. Oui j’étais là et je l’attendais cet amour, cet homme, celui pour qui je vis aujourd’hui.

Ce contenu a été publié dans les invisibles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.