*10

C’était là, dans cette grande demeure,
C’était là, dans ce soleil éclatant,
C’était là, que vivait un feu ardent
C’était là, la porte ouverte à mon cœur

Ce contenu a été publié dans L'art d'être pillard (en empruntant des rimes à Hugo). Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.