LE PSG, DÉJÀ CHAMPION !

L’équipe au complet du Paris Saint-Germain

Décevant en ligue des champions mais tellement supérieur sur le plan national, le PSG est bien parti pour s’offrir un quadruplé national. En effet, le club de la capitale a obtenu le dimanche 15 avril son 7ème trophée de champion de France en étrillant son dauphin monégasque sur le score de 7 à 1. Des buts de Giovani Lo Celso, Edinson Cavani, Angel Di Maria, Julian Draxler et Radamel Falcao (csc) ont brisé tout espoir de remontée pour Monaco. Paris a ainsi pu prendre sa revanche sur le club de la Principauté qui avait été sacré champion de France la saison passée.

Les joueurs parisiens possèdent déjà 17 points d’avance sur les monégasques classés 2ème du classement alors qu’il reste encore 5 journées de championnat. La domination de Paris sur la ligue 1 est sans appel, le club est la meilleure attaque avec 103 buts à son compteur et la meilleure défense avec seulement 23 buts encaissés. Jusque là le club de la capitale n’a perdu que 2 fois et n’a concédé que trois matchs nuls. Il s’agit de statistiques impressionnantes qui ont rarement été égalées par le passé.

L’équipe parisienne, toujours sans son joueur phare Neymar, tentera d’aller chercher son 4ème trophée de la saison en allant battre en finale de la coupe de France Les Herbiers, équipe surprise de la compétition.

Thomas Lemercier – 1ère S3

Dom Juan

Grâce au lycée, le 16 mars dernier nous avons eu l’occasion d’assister à une représentation de théâtre : une adaptation de la pièce Dom Juan de Molière (1665) par la compagnie Instant(s)

Dom Juan vient de quitter sa femme pour tenter d’enlever à son futur époux une jeune fiancée trop éprise de son prétendant pour que l’idée ne lui vienne pas de troubler leur bonheur. Puis il jette son dévolu sur de jeunes paysannes qu’il promet d’épouser. Sganarelle a beau timidement tenter de ramener son maître libertin dans le chemin de la vertu et de la religion, Dom Juan préfère les plaisirs transitoires de ce monde, si dangereux pour son salut, à l’espérance d’une béatitude infinie.

Frontispice original de la pièce de Molière

Voici l’avis de différentes personnes ayant assisté à la représentation :

« La représentation est fidèle au texte ; la pièce a réussi à être modernisée, avec un comique bien travaillé ; j’ai apprécié la pièce.” – Natéo DJEFFAL (2nde 5)

“Je n’ai pas trouvé l’histoire passionnante, mais j’y ai quand même assisté par motivation pour le bac de français” – Léo EVARD (1ère S1)

“J’ai bien aimé la pièce. Il y a un bon jeu des acteurs. La pièce est captivante. » – Victorine OMNIENT (2nde5)

 

Avis d’une personne n’ayant pas vu la pièce :

“J’aurais bien aimé aller voir la pièce malgré les avis un peu divergents.” – Albane CORNILLAT (1ère ES3)

Amandine Linant – 1ère ES3

Poème

La montagne enneigée

Quelle hâte de voir la neige en abondance,
Bien que je garde cette méchante tendance,
Sur les pistes, je garde la cadence,
Malgré la neige qui frénétiquement danse,

L’excitation se fait ressentir quand j’y pense,
Depuis ma plus tendre enfance,
Au sommet de la pente je me lance,
Plus la vitesse augmente , plus j’ai d’assurance,

Dans la voiture je cherche la bonne fréquence,
De cette radio, ayant quelque latence,
Durant la musique s’en est presque une offense,
Sans grésillements , pour moi c’est une délivrance,

Chaque bosse me donne la puissance,
Cette adrénaline donne son sens,
Pour me donner plus de confiance,
Je voudrais que cette semaine recommence,
J’ai hâte d’être au prochaines vacances .

image libre de droit : https://pixabay.com/fr/corne-rugueuse-alpine-monts-tannheim-2146181/

DUMONTIER Guillaume 2nd3

« Commune idée » : Théâtre au lycée le 17 avril prochain

Le mardi 17 avril le rideau se lèvera sur les classes de seconde 1 et de seconde 4 lors d’une représentation théâtrale dont le titre provisoire est « Ciel magenta ».

Depuis le mois de novembre nous avons commencé à prendre des cours de théâtre avec Hélène Cabot, directrice artistique du collectif « Commune idée » en résidence au lycée.

Nous avons un projet en commun qui est de créer une pièce sur Barentin dans le futur, cette pièce mêlera plusieurs « techniques » : il y aura bien évidemment des jeux d’acteurs mais aussi de la danse, des écrans diffusant des images filmées en direct, une émission de radio qui sera en direct sur le plateau. Nous avons commencé à écrire la pièce et notre petit sketch est l’histoire de deux jeunes femmes guides touristiques à Marseille et ces jeunes femmes durant leur trajet habituel sont surprises par la pointe de la pyramide du Louvre qui s’écrase sur leur terrain de pétanque marseillais, elles vont donc être interrogées par le JT pour raconter leur histoire.

Au départ nous n’étions pas du tout emballées à l’idée de travailler sur une pièce de théâtre car nous n’avions pas envie de nous donner en spectacle et puis au fur et à mesure des séances Hélène a su nous mettre en confiance en nous faisant faire quelques petits exercices, que ce soit sur la voix, les gestes etc… et nous donner l’envie de nous engager dans ce projet.

Maintenant nous n’avons plus qu’à attendre d’assembler le travail de chaque groupe, de répéter tous ensemble et notre pièce sera enfin prête ! Notre représentation sera au mois d’avril. Si vous voulez vous imaginer avec nous à quoi ressemblera Barentin dans 40 ans, venez nombreux à notre représentation !

Lucinda Jean et Aline Delaunay (2e4)

Collectif « Commune idée »

Au mois de novembre nous avons rencontré Hélène Cabot, directrice artistique du collectif Commune idée, en résidence au lycée.

La première fois que nous l’avons rencontrée elle était stricte puis moins, elle nous a demandé également notre opinion sur tout ce qui allait se passer, sur les textes, la musique, la danse et le théâtre en lui même. Notre opinion a été cruciale. Hélène est une femme généreuse, elle nous a montré des exercices d’entraînement de comédiens professionnels. Nous avons fait des exercices de voix et de gestuelle.

Par la suite elle nous a présenté son équipe composée de Matthieu Farcy (comédien), Marion Soyer (danseuse), Victor Bidaux (comédien/ingénieur du son), Adrien Leboulanger (comédien), Axelle Thomasson (comédienne). Adrien,Victor et Axelle sont d’anciens élèves du lycée Thomas Corneille. Ils nous ont apporté une présence supplémentaire, ils nous ont aidés pour prendre confiance en nous, pour écrire nos textes et pour savoir nous comporter face au public. Ils nous ont aussi expliqué leurs parcours.

Hélène Cabot est une metteuse en scène spécialisée dans le spectacle vivant. Basée sur Sotteville-lès-Rouen, depuis 1999 elle est la co-directrice artistique du collectif Un train En Cache Un Autre. En 2014, elle crée le collectif COMMUNE IDÉE. Dans ses spectacles, elle mêle théâtre et la danse (gestuelle du quotidien).

Hélène Cabot est une femme amicale et sympathique, forte en caractère et bosseuse, toujours motivée et investie dans ses spectacles.

Léa Canu-Patiant, Charline Hautot, Roseline Rolland, Laura Mauduit (2e4)

 

Un jour au lycée Thomas Corneille nous avons assisté à un spectacle du Collectif «commune idée».

Et c’est durant ce spectacle que nous avons rencontré un personnage très étrange et une personne très sympathique dans la réalité.

En effet, je vais vous présenter Mathieu Farcy qui travaille avec nous sur notre projet sur la ville future de Barentin.

Mathieu a entre 30 et 40 ans. Il est comédien et est une « voix », il peut imiter beaucoup de personnalités et/ou animaux…

Intéressons-nous maintenant à ses études.

A l’âge de 20 ans, il suit des cours de théâtre et de chant lyrique pendant trois ans.

Il se produit sur scène comme comédien et chanteur avec sa guitare.

En 2004, il devient ingénieur du son puis ensuite il travaillera huit ans pour le CNRS à Paris, avant de se réorienter vers le métier de comédien, narrateur et voix-off lors d’un stage de doublage.

Depuis son début de carrière, il a déjà enregistré plus de trente livres-audio pour différents éditeurs, joué dans un spectacle radiophonique, donné des lectures publiques et fait ses premiers pas en doublage de série.

Il a déjà connu un succès comme premier podcast francophone de lecture enregistrée pour les enfants et la famille depuis août 2016.

Le métier de voix consiste en plusieurs choses : narration, chant, lecture, commentaire, doublage, synchronisation….

Chaque spécialité requiert la connaissance et la maîtrise de techniques, de codes, etc.

Pour exercer ce métier, il ne suffit pas d’avoir une belle voix, encore faut-il savoir s’en servir et la travailler.

Chloé Delestre (2e4)

Rencontre avec les Beatles Artifact’

Suite au succès de la première rencontre entre le club et le groupe Blowing Silence Down, j’ai décidé de poursuivre ce projet avec un nouveau groupe. En effet, le mercredi 21 Février, le club musique a accueilli un nouveau groupe : Les Beatles Artifact’. Qui sont-ils ?


Presque 21 ans maintenant que les prémisses de ce qui allait devenir Artifact sont nés. Un trio instrumental qui « chercherait un chanteur plus tard »…
Dès 1999, ce qui n’est toujours pas Artifact est une affaire familiale puisque le trio de base est constitué de trois frères élevés au son des Fabs : Greg, Mathias et Frédéric. Ils ont arrêté de chercher un chanteur…
En 2007, Antoine Héricotte vient compléter le groupe qui, entre temps, a acquis une solide expérience sur les scènes de café-concerts, casinos, centres culturels, théâtres, podiums. En 2014, le trio familial se voit réduit à un duo avec le départ du benjamin de la famille outre-atlantique. C’est ainsi qu’au jeu des chaises musicales Baptiste Cottereau endosse le rôle d’un George.
Ce qui est devenu Artifact avec le bug de l’an 2000 n’est pas un clone band. Un peu clown parfois c’est vrai. Mais les Fabs et eux ont une incompatibilité capillaire. Cela ne les empêche pas d’emmener leurs VOX AC30, Epiphones, costumes ou perfectos sur scènes quand les occasions s’y prètent. Ce qui nous guide avant tout, c’est de restituer l’esprit de cette musique. C’est cette ligne de conduite qui leur permet de passer de la simplicité juvénile de Love Me Do aux recherches orchestrales de l’album Sgt Pepper Lonely Hearts Club Band.
Le répertoire qui a beaucoup évolué au fil du temps s’adapte aux occasions. Un public venu entendre les hits n’est pas forcément celui plus averti et exigeant des conventions spécialisées. Depuis quelques années, le groupe s’est lancé un défi : étant donné que nous sommes dans une période des 50 ans des Beatles, le groupe a décidé de reprendre chaque année l’album qui prend 50 ans. L’année dernière, c’était l’album Sgt Pepper Lonely Hearts Club Band puisqu’il est sorti en 1967. Cette année, le groupe a décidé de reprendre le Double Album Blanc de 1968. Pourquoi Double Album Blanc ? Tout simplement parce qu’il est double, sans nom et blanc.

Durant ce mercredi, nous avons pu rencontrer le groupe au complet qui est venu avec tout son matériel (instruments, sonorisation). Le groupe a ainsi, fait un concert privé pour le club et ainsi que les élèves d’arts plastiques de M. Boudet. Ils nous ont ainsi interprété des morceaux de tous les albums, de Please Please Me à Let It Be. Entre les morceaux, ils ont pu ainsi présenter les membres et le groupe les Beatles.

Les Beatles sont un groupe des années 60 qui sont à la base de la révolution pop rock britannique. Ils ont traversé toutes les périodes et tous les styles (rock’n’roll, rock psychédélique, hard rock, concerto, …). Le groupe se compose de John Lennon (guitare rythmique et chant), Paul McCartney (basse et chant), George Harrison (guitare solo et chant) et Ringo Starr (batterie et chant). Ils sont mondialement connus pour des morceaux comme Yesterday, Let It Be, Hey Jude, Help, et tant d’autres…
Après le concert, les membres du club avec certains Artifact ont pu interpréter des morceaux qui ont été joués au carnaval comme Smoke On The Water de Deep Purple.
Le club et moi-même remercions Fréderic Fugen, Greg Fugen, Antoine Héricotte et Baptiste Cottereau pour avoir accepté l’invitation du club à venir en ces lieux qui ont été, pour certains, leur lycée !

Une dernière rencontre sera organisée le mercredi 16 Mai avec le groupe Les Why et le DJ et ancien promoteur du parc expo de Rouen Rosko Disco Plus. Comme d’habitude, une dizaine de places seront ouvertes pour les lycéens extérieurs au club. Des affiches et diapo seront affichées dans l’enceinte du lycée. C’est une occasion assez rare de les rencontrer et ce sont des personnalités connues de la région !

Merci à vous,
Jr. Président du Club Musique.

La 1ère du Club Musique au lycée

Le vendredi 23 Février, c’était le Carnaval au lycée. Durant la journée, nous avons tous pu observer les élèves du lycée déguisés de toutes les façons et de toutes les formes possibles.

La journée a pu être animée par les membres du CVL qui avaient mis en place un stand photo pour élire le meilleur costume de la journée.

L’autre animation de la journée, c’était les concerts du Club Musique. En effet, vous avez pu retrouver le Club Musique dans le hall de 12h à 12h30 et de 13h à 13h30. Ils ont interprété pour vous des morceaux de toutes époques :

  • No Roots de Alice Merton (2017)
  • Come As You Are de Nirvana (1991)
  • Zombie de Cranberries (1994)
  • Should I Stay or Should I Go de Clash (1982)
  • Smoke On The Water de Deep Purple (1972)

 

Le public a été conquis. En vue du succès de ce premier concert, le club continuera de répéter pour revenir jouer de nouveaux morceaux dans le hall le mardi 10 Avril pour la Journée des Arts. Le Club vous remercie pour vos applaudissements ! C’est grâce à vous que le club existe car un groupe sans public, ce n’est pas un groupe !

  • Syrielle Raban et Eloïse Tanezie (Chants)
  • Jeanne Van Landuyt et Junior Lepetit (Guitares)
  • Camille Chastel (Basse)
  • Alexandre Heuzé (Batterie)

Avis aux musiciens du lycée :

Si jamais le concert vous a plu et que le club vous intéresse, n’hésitez pas à m’envoyer un message par Facebook : Junior Lepetit ou par mail : juniorlepetit18@gmail.com

Les inscriptions ne sont pas terminées alors n’hésitez pas, on accueille toujours !

 

Jr, président du Club Musique

Rencontre avec un journaliste.

Le lundi 27 novembre, les élèves de 1ère S3 et 1ere ES3 ont pu assister à l’intervention de M. Lussault, qui est un ancien reporter de France 3. C’est Mme Aumont qui a organisé sa venue dans le cadre de l’E.M.C. Et du projet média dont nous avons parlé dans le numéro précédent de notre journal. Il nous a permis de répondre à certaines questions, qui avaient été préparées par les élèves au préalable. Ces questions sont celles que nous nous posions à propos de l’information et de son traitement. Son intervention a duré deux heures.

Il est à la retraite depuis peu. Son parcours de formation est assez inhabituel : après avoir arrêté ses études à la fin du collège, il a d’abord été éducateur, a enchaîné les petits « boulots », mais a repris ses études à 23 ans : il a passé un concours pour entrer à l’université, sans le bac . Il a passé deux ans de formation et a commencé le métier à Tours.

D’après lui, « On né journaliste avant de l’être ». Il signifie par là que, s’il a choisi des études de journaliste, c’est parce qu’il avait ça en lui. Très jeune, il était tout le temps curieux et lisait beaucoup de journaux, des quotidiens. Il n’aime pas trop utiliser le mot « passion » pour désigner son rapport au métier : il s’agit plutôt de quelque chose d’évident qui relève du plaisir.

Il est ensuite devenu reporter sur le terrain pour France 3. Il faisait des interviews, partait à la recherche aux informations pour donner des sujets des journaux du midi et du soir.
Par exemple, il nous a raconté l’anecdote suivante : Lors d’un reportage sur des enfants morts d’asphyxie dans une grotte pour y avoir allumé un feu, c’est le seul moment où il a pris une amende : il a franchi la zone sécurisée malgré l’interdiction pour savoir la vérité.

Pour lui, il faut distinguer la notion de « journaliste » (qui cherche le réel) et celle de « communiquant » (qui cherche à faire passer un message, dans une perspective marketing). Ce sont pour lui deux choses radicalement opposées.

Le journaliste ne cherche pas à se faire plaisir, mais à enrichir nos pensées. Cela constitue un idéal.

Le journaliste doit rester neutre : il doit renoncer aux choix politiques – ce qui est assez répandu.
Il a d’autres contraintes : il ne doit pas trop se faire plaisir mais aussi il doit être en mouvement, pouvoir être libre de voyager. Pour ne pas perturber l’avis des ses lecteurs, il n’a alors qu’une liberté réduite. Mais il faut aussi se méfier de toutes les informations que l’on peut trouver ou que l’on peut nous dire suivant la source ; il faut toujours poser plus de questions pour différencier le vrai du faux.

Le journaliste doit posséder aussi certaines qualités, telles que la curiosité (d’après M.Lussault, “le meilleur defaut “), être tenace, têtu, rigoureux, mais aussi avoir la capacité de se “dédoubler”, donc penser contre soi. La clé du journaliste : l’indépendance.

Le métier de journaliste n’est pas si simple, les pensées évoluent au fur à mesure du métier (“un super moyen de faire évoluer notre esprit “), et s’apprend tout au long de la carrière .

A notre question de savoir si le métier lui manque maintenant qu’il est en retraite, il nous répond que ça lui manque beaucoup, notamment le contact qu’il pouvait entretenir avec les personnes qu’il rencontrait et interviewait.

L’intervention a été bénéfique , je trouve qu’il a été intéressant malgré certaines questions auxquelles il n’a pas eu le temps de répondre ; mais il nous donne l’envie d’être journaliste . Les deux classes le remercient de sa venue et de sa présentation.

LINANT Amandine 1ere ES3

Quand le Club Musique rencontre Blowing Silence Down

La nouveauté avec la réapparition du club musique dans l’enceinte du lycée, c’est les mercredi’s rencontres, c’est-à-dire que sur 3 mercredi de l’année, le club musique accueille dans ses locaux un groupe professionnel de la région.

Nous avons pu accueillir le mercredi 24 janvier le groupe Blowing Silence Down. Qui sont-ils ?

Blowing Silence Down est un quatuor de rock alternatif basé près de Rouen. Clément, Thibaut, Clément et Jean-Philippe forment ensemble un groupe énergique tant dans ses compos que dans ses prestations scéniques. Les inspirations variées vont puiser du côté des sonorités grunge des années 90 jusqu’au son néo-métal et rock alternatif du début 2000. Le groupe est actuellement en train de finaliser leur deuxième projet musical en commun. Après Comes The Night (2013) dont toutes les copies physiques furent vendues, ils se lancent dans l’aventure Chrysalis prévue très prochainement. Le groupe est composé de Thibaut au chant, Clément à la guitare, Jean-Philippe à la basse et Clément à la batterie.

Durant ce mercredi, nous avons pu rencontrer Thibaut qui est venu avec ses guitares. Nous avons pu échanger tous ensemble nos parcours musicaux et plus particulièrement celui de Thibaut :

Après ses débuts en chantant pour lui seul, ses professeurs ont su le pousser afin qu’il puisse partager sa voix avec le public. Après un début réussi, il décida de rentrer dans un groupe qui ne durera malheureusement pas longtemps car tous les membres du groupe n’avaient pas les mêmes objectifs. Puis il continua en travaillant de son côté en composant avec sa guitare des morceaux que BSD joue actuellement. Puis, avec l’aide de son ami guitariste, ils ont pu constituer le groupe que nous connaissons maintenant…

Après ces échanges, les élèves d’arts plastiques de M. Boudet ainsi que quelques surveillants ont réclamé ce pourquoi nous étions là : de la musique ! Ainsi, Thibaut avec son acoustique a pu interpréter avec énergie quelques-uns de ses morceaux. Puis les guitariste et batteur se sont joints à lui pour faire un « bœuf », c’est-à-dire une improvisation. Échangeant les instruments, les musiciens ont su faire une prestation de qualité ! A la fin de cette journée, Thibaut nous a fait cadeau de son premier album Comes The Night ainsi que des marques pages avec les paroles de ses chansons et un Tee-Shirt avec la pochette de l’album.

Nous étions tous satisfaits de cette journée ! Le club remercie d’ailleurs Thibaut d’avoir accepté notre invitation en espérant qu’il reviendra dans notre établissement qui a été le sien ! Vous pouvez retrouver le travail du groupe sur les sites :

  • http://blowingsilencedown.fr/
  • https://www.facebook.com/blowinsilencedown
  • La chaine YouTube: Blowing Silence Down

Suite au succès de cette rencontre, d’autres sont programmées pour les mois à venir :

  • The Beatles Artifact’ le mercredi 21 Février de 13h30 à 16h30
  • The Why avec la participation de Rosko le mercredi 23 Mai de 13h30 à 16h30

Une dizaine de places seront ouvertes aux personnes extérieures au club afin qu’ils puissent participer à ces rencontres. Les inscriptions se feront à la vie scolaire et des affiches ainsi qu’une diapo projetée dans le hall seront mis en place.

Lepetit Jr, représentant du Club Musique