La face cachée de Margo

La face cachée de Margo est un roman écrit par John Green en 2008, un auteur de romans plutôt destinés aux jeunes adultes, aux ados. Ce livre raconte l’histoire de deux enfants, Margo Roth Spiegelman et Quentin Jacobsen qui, un jour, en faisant du vélo, découvrent le corps d’un homme divorcé qui s’est suicidé.
La suite du roman se déroule plusieurs années plus tard, au moment où les deux personnages sont maintenant au lycée. Bien qu’ils soient voisins, ils ont grandi chacun de leur côté.
Mais, au milieu d’une nuit, Margo frappe à la fenêtre de la chambre de Quentin et lui demande de la suivre pour venger tous les gens qui ont fait du mal à Margo. Ils s’introduisent d’abord chez Jason, l’ex petit ami de Margo et saccagent sa chambre en laissant un « M » à l’aide d’une bombe de peinture.

Ils vont ensuite voir la voiture de Lacey, une mauvaise amie de Margo ; ils laissent un poisson dans la voiture et dessinent à nouveau un « M » sur le toit. Ils vont ensuite rendre visite à Chuck, une brute du lycée et lui rasent le sourcil à l’aide de crème dépilatoire. Les deux ados vont ensuite se reposer quelques heures au sommet de la tour SunTrust et Margo décrit à Quentin Orlando comme une « ville de papier » car elle est « fausse ».

Ils rentrent chez eux vers à peu près 6h du matin. Le lendemain matin, Margo ne vient pas en cours, Quentin est très inquiet. Trois jours après, Margo n’est toujours pas là. Quentin et ses amis partent à la recherche de Margo grâce aux indices qu’elle a laissés avant de disparaître…

À vous de lire le livre pour connaître la magnifique suite !

Cette histoire existe aussi en film : La face cachée de Margo, sorti en 2015.

Antoine Delabarre – 2nde1

Vente de crêpes

La classe de BTS organise en ce moment une vente de crêpes au Lycée. Cette vente a lieu tous les mardis pendant la récréation de 10h30 dans le hall du lycée dans le but de financer un prochain voyage. Celui-ci aura lieu du 20 au 22 Février 2018 à Westminster, en Angleterre. Ce voyage leur permettra d’un peu mieux connaître leur classe. Ils devront aussi trouver un stage pour Erasmus. En plus des crêpes il y aura bientôt une vente de chocolats chauds et de cafés.

Antoine Delabarre – 2nde1

Quelques frissons de peur au Lycée.

Le Mardi 17 Octobre 2017 a eu lieu dans les locaux de l’établissement un spectacle de théâtre organisé par la compagnie théâtrale Commune Idée. Cette compagnie est constituée d’ Hélène (la metteure en scène), de Matthieu (le comédien), et des techniciens du son et de la lumière, Hubert et Victor.
En entrant dans la salle, les élèves on été surpris par l’obscurité. En effet, la salle était dans le noir avec juste un spot qui éclairait très légèrement la scène. Les organisateurs du spectacle avaient mis des cartons et des draps noirs sur les fenêtres de façon à éviter le plus possible de faire entrer la lumière. Pendant que tous les spectateurs entraient, il y avait une musique de fond assez désagréable.

Préparation de la salle la veille : une journée de travail pour faire le noir et installer la technique, faire la balance + filage. La troupe est arrivée à 9H…et repartie à …19H45 !

 

 

 

Ce spectacle est inspiré de trois nouvelles de Maupassant (« Un fou », « La peur » et « Apparition ») et le but est d’évoquer les différentes peurs que l’on peut ressentir. Pour cela, le comédien était sur scène et racontait une histoire sans faire beaucoup de mouvements et toujours dans le noir. Le comédien est aussi ce qu’on appelle une voix, c’est à dire qu’il sait imiter plusieurs voix différentes. Pendant le spectacle, il parlait aussi dans une loupe géante de façon à ce que l’on ne perçût que sa bouche. Il jouait aussi avec des billes dans une cuve en métal, ce qui produisait des sons inquiétants grâce à l’amplification. Mais à quelques passages il restait tout simplement assis sur la chaise. Il y avait des enceintes tout autour du public de façon à entendre le bruit de différents côtés. Ce spectacle a duré à peu près 1 h 30.

Entretien à l’issue de la représentation.

 

 

A la fin du spectacle, la lumière a été rallumée et les élèves ont pu observer différents

Hélène, metteure en scène.

objets sur la scène comme par exemple une chaise, une cuve, mais aussi des micros, dont un qui datait des années 50, ce qu’ont dit les organisateurs. Les élèves ont aussi posé des questions sur le spectacle et notamment sur la façon de faire les différentes voix. Matthieu a expliqué que c’est lui qui les faisait toutes, il s’entraîne beaucoup pour ça. Il a aussi fait les différentes démonstrations comme Mickey, Donald et aussi différentes créatures.

La classe de Seconde 1 va travailler prochainement avec cette compagnie.

Antoine Delabarre – 2nde1

 

 

Voici quelques réactions d’élèves de la classe de 2nde1 suite à la représentation :

« Ce spectacle est particulier. En effet, l’ambiance est soignée : la scène est dans le noir, l’éclairage est minime. Il masque le visage de l’acteur en contre-jour lorsqu’un visage est évoqué afin de laisser libre cours à l’imagination du spectateur. […]Mathieu est capable de faire un grand nombre de voix, ce qui a grandement impressionné le public. Ce dernier, bien qu’au début perplexe, finit par s’immerger dans l’histoire, certaines personnes étaient même terrorisées. »

« Sur le plateau on aperçoit différents micros, des enceintes et deux chaises ; tout cela est bien éloigné d’une scène de théâtre traditionnel. […] Le spectateur est obnubilé par la voix et l’histoire que raconte Mathieu, l’ambiance est très étrange, et quand un nouveau bruit survient la salle sursaute. »

« Nous avons été surpris de l’obscurité de la salle. […]Quand le calme s’installa, on pouvait entendre un son évoquant les films d’horreurs. Victor fixait attentivement chaque personne entrant dans la salle, il contournait le public s’arrêtant parfois à côté d’une personne, la regardait puis repartait. Quand tout le monde fut assis, Victor claqua la porte, ce qui provoqua un effet de peur et de surprise qui donna le ton de l’ambiance. »

« Dans la salle, l’ambiance était pesante et stressante à cause de la musique de fond, qui renforçait le sentiment de malaise. Sur le plateau, il y avait peu d’éclairages, on ne pouvait distinguer que des silhouettes pour nous laisser imaginer la monstruosité des personnages. »

« Dans ce spectacle les spectateurs peuvent éprouver une palette de sentiments différents comme la peur, l’angoisse, l’incompréhension et d’autres n’ont rien ressenti. Selon la scène, certaines personnes ont eu des frissons, d’autres ont sursauté. »

« L’ambiance était digne d’un film d’horreur, grâce aux jeux de lumières, qui montraient le moins de choses possible aux spectateurs afin de stimuler leur imagination. »

« Durant le spectacles les impressions ont été mitigées ; la peur, la surprise, l’indifférence …[…] Les sons inquiétants et la lumière qui ne montraient pas tout le visage de l’ acteur pouvaient susciter de l’angoisse . D’ailleurs si les jeux de lumière n’avaient pas été aussi présents, la pièce n’aurait pas été aussi impressionnante. […]

A la fin de la représentation un échange avec l’équipe technique a été très enrichissant ! »

« Début de spectacle avec un son monocorde, comme une vibration, ce bruit est compliqué à décrire. Décor plutôt sombre avec très peu de lumières, éclairant un dos, un profil…[…] Ce spectacle n’était pas commun car il sollicitait notre imagination. Peu de spectateurs ont eu peur, quelques uns ont trouvé ça long. »