LA LAÏCITÉ, PROGRÈS OU PROBLÈME DANS LA RÉPUBLIQUE ?

La France est un pays aujourd’hui reconnu par les populations comme celui des droits de l’Homme, notamment suite à la Déclaration des droits de l’Homme et du citoyen de 1789. C’est dans ce texte même qu’il est question de laïcité, car il proclame que « nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l’ordre public établi par la loi » (article X). De plus, les politiciens de tout bord invoquent la laïcité comme un principe fondateur et inaltérable de la République.

Cependant la laïcité a-t-elle vraiment été un progrès, et est-elle toujours respectée ?

Et concrètement, la laïcité c’est quoi ? 

Tout d’abord, il faut comprendre les principes et valeurs fondamentales de la laïcité, qui sont la liberté de conscience, la liberté de manifester pour ses convictions mais dans les limites du respect de l’ordre public, puis la séparation des institutions publiques et des organisations religieuses, qui s’est faite en 1905 pour la France, et l’égalité de tous devant la loi quelles que soient nos croyances ou nos convictions. C’est à cette même date que la laïcité est inscrite dans les libertés fondamentales.

 

Il faut également savoir qu’elle garantit aux croyants et aux athées le même droit à la liberté d’expression. Par exemple, on peut très bien avoir une croyance puis la rejeter et donc devenir athée, ou enfin se convertir à une nouvelle religion.

Grâce à la laïcité, on peut exercer les cultes librement, croire en ce que l’on décide sous réserve de l’ordre public. De plus, il est à noter que personne ne peut être contraint de croire en une religion, ou de la pratiquer.

En effet, la laïcité n’est pas une opinion parmi tant d’autres, mais la liberté d’en avoir une.

 

Il reste donc à savoir si elle est un progrès ou bien un problème dans notre société.

Il est important de savoir que, jusqu’en 1905, la France était considérée comme un pays catholique et les autres religions étaient limitées ou même réprimées, comme lors de la Saint-Barthélemy où de nombreux protestants ont été tués le 24 aout 1572.

Cette loi a donc permis à tous les cultes de s’exprimer librement, sous réserve de l’ordre public, et a fait avancer la France dans une époque plus moderne. En effet, aujourd’hui on retrouve des lieux de cultes très différents pour toutes les croyances tels que les mosquées pour les musulmans, les églises pour les catholiques, les synagogues pour les juifs…

Avant 1905, La France avait instauré un Etat civil unique et neutre en 1792, ainsi que le  mariage civil, et le divorce. Pour la première fois, un comportement contraire à l’enseignement de l’Eglise catholique était légalisé, alors que jusque-là, on ne concevait pas que la loi morale et la loi civile puissent diverger.

De plus, en 1999, la loi créant le PACS (Pacte Civil de Solidarité) a été une avancée majeure dans la République française puisqu’il permet, par un contrat, d’organiser la vie commune de deux personnes aux yeux de l’Etat, et non plus à ceux de l’Eglise.

C’est seulement en 2005 qu’on inscrit dans la loi que le personnel soignant se doit de soigner les patients de façon égale et de respecter leur liberté de conscience. Ils doivent désormais être neutres par rapport aux usagers, et ne pas montrer leurs propres convictions religieuses.

Par la suite, en 2010 la loi interdit la dissimulation du visage dans l’espace public et notamment au sein des hôpitaux.

Pour finir, en 2012, le Sénat vote un projet de loi visant à étendre l’obligation de neutralité aux structures privées en charge de la petite enfance et aux assistantes maternelles. Celles-ci devront alors stipuler leurs convictions religieuses aux parents avant signature de leur contrat de travail, soit ne plus afficher de signes religieux sur elles et à leur domicile, durant leur temps de travail. C’est la dernière grande mesure mise en place pour la laïcité.

Cependant, cette loi a également posé des problèmes.

En effet, en 1989, il y a eu l’affaire du « foulard islamique » où des élèves musulmanes ont demandé à porter le voile au sein d’établissements d’enseignement public. Le Conseil d’Etat a alors réagi en précisant les conditions du port de signes extérieurs religieux, mais il a proscrit tout prosélytisme à l’intérieur de l’école, soit le fait de vouloir convertir d’autres personnes à sa religion. Le débat sur la laïcité s’ouvre alors à l’islam qui est la deuxième religion de France.

C’est d’ailleurs suite à cette affaire qu’en 2004, une loi sur le respect de la laïcité fut votée, et interdit alors le port ostensible de signes ou de tenues manifestant une appartenance religieuse dans les établissements scolaires publics.

En 2014, suite à  l’affaire du « Baby-Loup », la Cour de cassation valide le licenciement d’une puéricultrice qui portait le voile dans une crèche privée.

 

 

 

 

On pourra donc dire que même si la laïcité a tout d’abord posé des problèmes et a  nécessité d’être approfondie pour une meilleure compréhension, et application de celle-ci, elle a majoritairement été une avancée dans la société française. En effet, elle a engendré un progrès social et elle lutte contre les discriminations. De plus, de nos jours, la laïcité est l’une des composantes nécessaires à la vie en société.

Typhaine D.

Bibliographie :

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*