Archives de catégorie : Héros du quotidien / Héroes del cotidiano

Le métier d’infirmier ou comment être au service des autres.

Le métier d’infirmier consiste à soigner les patients et à veiller à leur bien-être. Cette profession à haute responsabilité exige rigueur, vigilance et technicité. Ce métier peut être exercé à l’hôpital, dans une entreprise, dans des établissements scolaires, ou même dans son propre cabinet.
Les qualités exigées sont la résistance physique et nerveuse, la conscience professionnelle et le sens de la psychologie.

Nous avons rencontré Madame Hardy qui exerce ce métier et qui a bien voulu répondre à nos questions.

-Depuis combien de temps faites vous ce métier ?

« J’exerce depuis juillet 1988, soit depuis bientôt 30 ans »

-Où avez vous exercé votre profession ?

«  J’ai travaillé essentiellement dans le privé, j’ai fait un peu de mix privé et public sur l’hôpital de la Musse. J’ai très peu travaillé dans le public, juste un peu en hôpital psychiatrique, c’est tout. »

-En quoi consiste le métier d’infirmier ?

« Mon métier consiste à m’occuper des personnes, dans toutes les branches. On s’occupe des êtres humains en les prenant vraiment au cas par cas. Un être humain n’est pas égal à un autre. À l’hôpital, je m’occupe de personnes malades physiquement et psychologiquement. Je suis chargée d’appliquer les prescriptions du médecin (traitement oral et traitement intraveineux) . Je distribue les médicaments, j’effectue les piqûres, je pose des perfusions, je fais des prises de sang et je fais les pansements. Mais aussi, je dois surveiller l’état de santé et le moral du patient. Pour être infirmier, la communication est une part non négligeable du travail . Je dois dialoguer avec la personne que je prends en charge, être à son écoute, et à l’écoute de sa famille (pour savoir ses habitudes de vie), du médecin , de l’aide-soignant. Le relationnel est très important afin d’assurer le bien-être et le confort de la personne. De plus, il est important de communiquer avec les secrétaires médicales (qui assurent le suivi administratif), le médecin traitant et éventuellement les kinésithérapeutes.. On forme une équipe pluridisciplinaire.
Le métier peut s’exercer dans des secteurs où les personnes ne sont pas malades comme les crèches ( la toise, le poids du nourrisson, la vaccination, l’éducation thérapeutique parents -enfants), les établissements scolaires( avec le suivi des élèves : vaccination, éducation sexuelle, contraception, lien parents -enfants ..) , les établissements pour personnes âgées (distribution des médicaments , suivi de la personne vieillissante…).
Ce sont dans les établissements hospitaliers et cliniques que les soins thérapeutiques sont les plus importants .
Les qualités a avoir pour être infirmière sont le professionnalisme ( la dextérité, la rigueur et la vigilance), la patience , l’écoute et ne pas avoir peur de la mort et de la maladie .
Je suis là pour assurer le bien -être de la personne soignée .
J’assure aussi l’encadrement des étudiants infirmiers pour leurs transmettre mon savoir-faire et leur parler de mon expérience . Cela me permet aussi de réactualiser mes connaissances car la médecine évolue .
Le métier d’infirmier consiste donc à soigner, prévenir, éduquer et informer . »

-Quel parcours avez vous suivi pour devenir infirmière ?

« J’ai passé un baccalauréat économique et social car pour suivre la formation, on peut avoir n’importe quel baccalauréat. Mais il en faut un ! J’ai juste travaillé la biologie à part. J’ai passé un concours avec une partie écrite puis orale. J’ai donc été sélectionnée puis par la suite, j’ai fait 33 mois de formation dans une école d’infirmiers et suivi des stages dans tous les milieux  et des périodes de cours théoriques. »

-Quel est le revenu d’un infirmier ?

« Au début, j’avais un salaire d’environ 1600 euros brut par mois. Plus on a d’années de carrière, plus le salaire augmente grâce aux échelons. »

Selon nous, le métier d’infirmier est un métier magnifique et indispensable au bien-être des personnes qui nécessitent des soins. Enfin, il nous semble que l’avantage de ce métier c’est que la routine est inexistante car l’infirmier est toujours actif.

Lieux hospitaliers les plus importants d’Evreux :

Emma S., Elise S.

 

Pompier, une profession héroïque, respectée et admirée.

De nombreuses professions au service des autres font preuve de courage comme les infirmières ou  les pompiers. En effet, un pompier est une personne qui détient de nombreuses responsabilités, il combat le feu et offre une série de secours dans divers domaines. Il a pour mission principale de protéger les personnes, les biens ainsi que l’environnement face aux incendies. Le pompier peut donc être considéré comme un héros du quotidien.

Les pompiers sont confrontés à de multiples missions :

Secours d’urgence aux personnes : 76%
Risques technologiques : 11%
Accidents de la circulation : 7%
Incendies : 6%

C’est l’une des professions les plus risquées qui repose sur une multitude de précautions. Les pompiers sont les premiers exposés au danger, en effet ils doivent apprendre à intervenir sur des lieux d’opération alors que leur propre sécurité n’est pas assurée.

Quelques chiffres:

* Les femmes représentent 16 % des sapeurs-pompiers civils.
* 17.835.000 appels réalisés pour les pompiers chaque année.
* Les sapeurs-pompiers ont effectué plus de 4 453 300 interventions en 2012, c’est à dire
12.200 interventions par jour pour 3 532 900 victimes prises en charge.
* En 2016, les sapeurs-pompiers ont effectué plus de 4.542.400 interventions.
* Pour eux, c’est une intervention toutes les 7 secondes.

Comment s’engager dans les pompiers?

Tout d’abord , il est important de savoir que le métier de pompiers est très large et qu’il ne comporte pas qu’un seul corps de métiers.
Effectivement, il existe des pompiers volontaires, professionnels, et certains font partie de l’armée. Pour finir, d’autres sont sapeur-pompiers dans le secteur médical.
Nous allons donc vous présenter ces différents corps de métiers.

Les pompiers volontaires :

Pour devenir pompier volontaire, il y a plusieurs critères à respecter :

-Avoir au minimum 16 ans ainsi qu’un consentement  des représentants légaux.
– Résider légalement en France
-Jouir de ses droits civiques
– Remplir les conditions d’aptitude médicale et physique adaptée à la formation.

Il est possible grâce à cette formation d’accéder au grade de lieutenant , il suffit d’avoir un bac + 2.
L’activité  du sapeur pompier volontaire et d’un sapeur pompier professionnel exige  beaucoup de discrétion, d’obéissance et de responsabilité.

Les pompiers professionnels :

Les pompiers professionnels sont des fonctionnaires faisant partie des collectivités territoriales et leur engagement repose sur de nombreuses modalités d’accès bien spécifiques notamment les aptitudes médicales ainsi que les épreuves physiques et sportives, ou encore les épreuves d’admissibilité.

Il y a plusieurs critères à respecter :

– avoir 18 ans.
-être de nationalité française
-être titulaire d’un diplôme de niveau 5 comme le brevet des collèges par exemple.

Le Service de la Santé et le service médical :

Les médecins ainsi que les infirmiers et les pharmaciens ont pour mission le secours d’urgence aux personnes, la santé et le soutien.

Notamment les vétérinaires et les psychologues ont la possibilité de s’engager comme sapeur-pompier volontaire.
Cet engagement s’effectue au sein du Service de santé et de secours médical pour une durée de cinq ans.

Le métier de pompier est considéré comme un mythe car c’est souvent la profession rêvée et envisagée par les enfants face aux nombreux dangers présentés. Les pompiers sont alors considérés comme des héros au vu des risques qu’ils prennent chaque jour mais aussi parce qu’ils font preuve de courage, et disposent d’une force physique et d’une force mentale indispensables. Si l’on suppose qu’un héros doit se mettre au service des autres, sacrifier sa vie pour protéger la population, alors les sapeurs pompiers peuvent être considérés comme des héros.

 

Océane B., Léa C., Anaïs L.

RESF 27: un réseau ébroïcien qui vient en aide aux migrants.

 

Nous nous sommes rendus dans les locaux de RESF 27 (Réseau Éducation Sans Frontières) afin de pouvoir rencontrer des bénévoles de ce réseau.

 

 

RESF 27 est un réseau qui aide des migrants, très souvent mineurs et isolés, lors de leur arrivée à Évreux.

Le collectif a pour but d’aider les jeunes à obtenir des papiers afin de pouvoir rester légalement sur le territoire.

Ils accompagnent donc les migrants dans les demandes d’asiles ou les titres de séjour.

Les membres du réseau les aident aussi à apprendre le français et à obtenir un accès à la scolarité ou aux formations professionnelles, afin d’avoir de meilleures conditions pour rester sur le territoire.

 

Ce collectif est composé d’une centaine de bénévoles qui aident chaque jour les migrants. Ces bénévoles mais aussi des citoyens, des associations, des syndicats et des partis politiques soutiennent ce réseau en apportant des dons.

Un réseau de ce type nécessite beaucoup d’argent pour payer les objets du quotidien, la nourriture, les médicaments mais aussi pour payer les frais de tous les papiers administratifs.

Ce réseau a été créé en décembre 2004 pour venir en aide à deux jeunes lycéens chinois menacés d’expulsion. En novembre 2003, les lois sur les jeunes mineurs isolés ont été modifiées : dès que les tests osseux (non fiables) concluent à leur non-minorité, ils doivent quitter le territoire français durant les 30 jours suivants.

Ce collectif a accompagné 132 « dossiers » (un dossier par famille) soit 187 adultes, 39 jeunes majeurs isolé et 175 enfants.

Trois familles membres du réseau accueillent depuis onze mois trois migrants mineurs et isolés. Un des trois jeunes réside en permanence dans une famille et les deux autres jeunes mineurs résident dans les deux autres familles (ils échangent toutes les semaines).

Cela est une lourde responsabilité, car les familles doivent prendre entièrement en charge les jeunes (nourriture, soins, transports, …) et être à leur disposition. C’est pour cela que seulement trois jeunes ont pu être pris en charge et avoir un toit.

Ces familles accueillantes sont un cas particulier dans le processus du réseau, mais sans cela, ces jeunes dormiraient probablement dans la rue.

 

Lors de notre rencontre, nous avons pu discuter avec Marie-Edith et Guy, deux personnes accueillant ces jeunes migrants. Ils ont pu nous expliquer leurs impressions et leurs liens avec les migrants. Pour Guy il a été dans son devoir de citoyen d’accueillir ses jeunes dans le besoin : « Ses mineurs ont l’âge de mes petits-fils, je n’imagine pas ni mes petits- fils ni d’autres jeunes coucher dehors. »

Les deux familles nous expliquent qu’au début, les migrants parlaient peu, ils avaient peur. Puis petit à petit la famille et les migrants ont crée un lien et de la complicité : « J’ai rencontré des personnes formidables » nous explique Guy. Ils commencent à raconter leur douloureuse histoire et une certaine confiance s’installe alors. Selon Marie-Edith « des liens se sont créés. » Ils ont ainsi pour ouvrir doucement un dialogue.

Pour finir, nous avons demandé à ses familles accueillantes si elles se considéraient comme « des héros du quotidiens ». Pour Guy : « les héros c’est eux ».

Il est possible de se rendre sur le site officiel du collectif RESF27 et ainsi accéder à toutes les informations les concernant. Il est aussi possible de signer des pétitions mises en ligne afin d’aider de jeunes mineurs isolés et sans papier qui doivent quitter le territoire.

(Merci à Claire, Danièle, Marie-Edith et Guy)

Romane B., Kim L. et Daphné H.

Les Restos du coeur : l’engagement incroyable des bénévoles.

 

Fondés par Coluche en septembre 1985  

 

Le nom officiel est   » les Restaurants du Cœur – les Relais du Cœur « .

Cette association a pour but « d’aider et d’apporter une assistance bénévole aux personnes démunies, notamment dans le domaine alimentaire par l’accès à des repas gratuits, et par la participation à leur insertion sociale et économique, ainsi qu’à toute action contre la pauvreté sous toutes ses formes ».  

Leurs fonds proviennent en majeure partie de la générosité du public: ils constituent près de la moitié des recettes financières de l’association (47% du total),le reste venant des subventions  (33%) et pour finir des produits des Enfoirés (8%). 

L’aide alimentaire n’est pas seulement une aide d’urgence, les restos interviennent dans plusieurs domaines qui permettent un accompagnement vers l’autonomie. Ils peuvent intervenir pour les différents besoins de chacun mais aussi selon l’âge des personnes.  Comme par exemple la réinsertion sociale, les départs en vacances, les conseils budgétaires, l’accès à la justice et aux droits, l’aide à la recherche d’un emploi, l’accompagnement scolaire, l’hébergement d’urgence et pour finir camions et points repas chauds … 

Les restos, aujourd’hui, ont distribué 135.8 millions de repas.  

De plus, les restos du cœur font appel à des chaines de télévisions, des radios ou bien des maisons de disques. Notamment avec les Enfoirés qui sont des personnalités qui viennent en aide à cette association en créant des spectacles en leurs nom pour récolter des fonds, en effet des concerts sont organisés. Pour que ce soit possible, chacun contribue à créer un magnifique spectacle à moindre coût, chacun a sa manière comme les agences de transports, les hôtels, ou la municipalité qui accueille les concerts.

Les Enfoirés ont permis de récolter 15,3 M€ pour les Restos du Cœur en 2016-2017. 

De plus cette association est en relation avec environ une centaine de partenaires qui les aident. Ces partenaires sont, par exemple, des magasins de la grande distribution alimentaire, des restaurants rapides, des compagnie de transports, des compagnies d’assurances ou des banques.

Pour faire un don, il suffit d’aller sur le site des restos du cœur. De plus, les dons sont déductibles des impôts à hauteur de 530 euros.  

En outre, il est possible de faire des dons lors des collectes nationales de denrées alimentaires et des produits d’hygiène. Elles ont lieu dans les grandes distributions alimentaires.  

Par ailleurs, devenir bénévole c’est s’engager à rendre un service désintéressé aux personnes en difficulté.  On accepte alors de respecter la Charte des bénévoles ci-joint : 

  1. Respect et solidarité envers toutes les personnes démunies.
  2. Bénévolat sans aucun profit direct ou indirect.
  3. Engagement sur une responsabilité acceptée.
  4. Convivialité, esprit d’équipe rigueur dans l’action.
  5. Indépendance complète à l’égard du politique et du religieux.
  6. Adhésion aux directives nationales et départementales.

Aujourd’hui les restos du coeur comptent 71 000 bénévoles.  

Les bénévoles des restos du cœur peuvent donc être considérés comme des héros « de la vie quotidienne » car ils viennent en aide à beaucoup de personnes en subvenant à leurs besoins, en leur assurant un certain bien-être. Enfin, ces volontaires garantissent une meilleure cohésion de la population.

Jade M, Berkahoum O.