Nov 19 2015

Cours sur Michel-Ange, deuxième partie

Publié par dans Bac,Cours,terminale

deluge

 

Cours Michel-ange deuxieme partie

Vous trouverez sous ce lien la deuxième partie du cours sur Michel-Ange, ainsi que le texte sur Michel-Ange et les musiciens

MichelAngeMusiciens

 

Commentaires fermés sur Cours sur Michel-Ange, deuxième partie

Jan 06 2015

Cours sur Michel-Ange, première partie

Publié par dans Cours

 

     La première partie du cours sur Michel-Ange estst pierre façade en ligne

      cours2014première partie

Commentaires fermés sur Cours sur Michel-Ange, première partie

Sep 23 2014

On sait désormais quand Monet a peint « Impression soleil levant »

marmottanUn groupe d’experts havrais, associé à un astrophysicien américain, a établit de façon définitive la date à laquelle Claude Monet a peint « Impression, soleil levant » dans le port du Havre. C’était le 13 novembre 1872 à 7h35.

Le musée Marmottan à Paris consacre une exposition à cette œuvre

http://marmottan.fr/

 

Commentaires fermés sur On sait désormais quand Monet a peint « Impression soleil levant »

Sep 23 2014

Cours sur Berlin depuis 1945

Publié par dans Bac,Cours,terminale

alex frise2

Vous trouverez sous le lien suivant le cours sur Berlin depuis 1945

cours berlin depuis 1945

Commentaires fermés sur Cours sur Berlin depuis 1945

Mai 27 2014

Cours sur Michel-Ange, deuxième partie

Publié par dans Bac,Cours

expulsion du paradis

Vous pouvez télécharger la deuxième partie du cours sur Michel-Ange

cours en ligne deuxième partie

Michel-Ange et les musiciens

MichelAngeMusiciens

Commentaires fermés sur Cours sur Michel-Ange, deuxième partie

Avr 08 2014

Michel-Ange, première partie

Publié par dans Bac

pieta

 

Cours Michel-Ange, première partie

cours michel-ange première partie

 

 

 

Chapelle Sixtine en 3 D

Commentaires fermés sur Michel-Ange, première partie

Fév 16 2014

Cours sur l’Ailleurs dans l’art

Publié par dans Cours

Turandot aux arènes de Vérone

 

Vous trouverez ici le cours sur l’ailleurs dans l’art

comment et pourquoi l’ailleurs dans l’art

cours ailleurs exotisme

reconstruction de l’histoire

Commentaires fermés sur Cours sur l’Ailleurs dans l’art

Jan 19 2014

« Chriappa » : la chèvre de Slovénie (Anouchka et Delphine)

 

Nous sommes face à une photographie de Charles Fréger au format portrait au cadre de bois. Elle se nomme Chriappa et montre un personnage déguisé en chèvre dans un paysage montagneux. La ligne d’horizon est bien visible, elle se situe au milieu de l’œuvre. Elle donne une impression de relief dans le paysage et laisse un espace distant entre le village  que l’on distingue au loin et le personnage.

Pour ce qui est des couleurs, on observe un ensemble très minimaliste se basant essentiellement sur des nuances de gris et une légère touche de rouge (sur la langue du costume).

Mise en contexte, cette photographie représente un déguisement de fête slovaque, le carnaval de Ruzomberok. Ce costume, traditionnel, évoque un personnage atropaïque, synonyme de fertilité et d’abondance. Il n’est qu’un exemple de ce cortège humain zoomorphe, utilisé lors du Jour Gras. De nombreux costumes antropomorphes sont ainsi exposés durant cette période de festivités, ce qui laisse à penser que chacun d’entre apporte des bienfaits particuliers à la population pour le reste de l’année.

Le ressenti que laisse la photo de Fréger sur l’oeil spectateur est multiple.

Au premier regard sur la photographie, nous pouvons ressentir individuellement une impression de solitude avec le personnage de l’image : la plaine maculée de neige crée un espace vide et donne une certaine proximité entre le modèle et le spectateur, qui ressent une certaine solitude.

En regardant de plus près nous pouvons apercevoir un effet de texturisation. La photo semble être prise en mouvement pendant une chute de neige et laisse la sensation de froid que la neige apporte ainsi que les flocons tombant au dessus de nos têtes. Nous pouvons également imaginer le toucher de son costume dont la matière ressemble fortement à du velours.

Se référant à notre culture française nous remarquons que la scène d’une chèvre dans la montagne ne nous est pas anodine. En effet, nous pouvons nous rappeler du conte de La chèvre de monsieur Seguin où une chèvre se perd dans la montagne pour finir par se faire dévorer par un terrible loup. La scène de la photographie de Fréger nous semble dans une quasi-similarité avec ce conte, et donne un sentiment inquiétant car l’atmosphère calme de la photo laisse présager quelque de chose de mauvais : avant de se faire manger la petite chèvre se retrouve seule en attendant son bourreau. Nous ne serions pas étonné de voir un loup surgir des pins à gauche de l’image. En sachant que Charles Fréger est un photographe français, il laisse la supposition d’une inspiration de ce conte pour enfant tout à fait plausible.

 

 

Commentaires fermés sur « Chriappa » : la chèvre de Slovénie (Anouchka et Delphine)

Jan 17 2014

L’ailleurs dans l’art

Publié par dans Cours,terminale

Vous trouverez les deux premières parties du cours sur l’ailleurs dans l’art sous les liens suivants

Pourquoi et comment l’ailleurs dans l’art ?

L’exotisme

 

Commentaires fermés sur L’ailleurs dans l’art

Jan 02 2014

UN RENOUVEAU, sur l’exposition de Charles Freger Wilderman, par Clara Lemercier

charles Freger

charles Freger

Un renouveau

Il n’y a pas si longtemps, ici, il y avait une immense et magnifique forêt. Elle fourmillait d’une végétation luxuriante et dense habitée par toute une famille d’animaux hétéroclites… Aujourd’hui il n’en reste plus rien… Le sol n’est plus fertile et l’herbe a jauni, les animaux ont disparu et un inquiétant désert a pris leur place.
Cet interminable champ de bataille n’a laissé aucun survivant… La joie de la nature toute entière a disparu, la tristesse et la solitude l’ont remplacée. Le ciel est devenu gris, plat, opaque à toute émotion, et l’infini de l’horizon est devenu angoissant…
Au milieu de ce chaos, le cerf, roi de la forêt et de la nature, marche, lentement, seul. Il est perdu, désespéré, il n’a pas su protéger son royaume. Malgré ses cornes menaçantes, symbole de sa grandeur et de son importance il n’a pas pu les empêcher… Ils ont tout détruit… Ainsi, il erre dans ce néant, habillé d’un habit de deuil noir portant l’image de sa douleur et de ses mélancoliques souvenirs : les fleurs et la végétation colorées de sa tendre forêt…
Sous son drap de tristesse, de détresse, on distingue une forme : une silhouette humaine. Celui-ci se cache, il ne veut pas qu’on puisse voir son identité, son vrai visage ! D’ailleurs lui-même se voile la face, il ne voit même plus où il marche : sur le tas de cendre qu’il a lui-même créé.
Le cerf continue d’avancer en portant son corps lourd et massif. Il porte autant la culpabilité humaine que ses pénibles souvenirs . A chaque pas, celui-ci ralentit, ses forces s’épuisent, son dos se courbe et il se désarticule : son cou s’enfuit, son corps et son esprit se divisent … Ses yeux grands ouverts, il semble pris d’une crise de folie dépressive et malsaine … Mais la silhouette continue d’avancer … difficilement … ses cheveux retombent lourdement sur son dos, lui rajoutant un poids supplémentaire au colosse qu’il affronte déjà. Il titube. Il ouvre enfin sa bouche pour remplir ses poumons de cet air si douloureux …

Il s’effondre.

Au milieu de nulle part et de partout, le dernier survivant du chaos est mort, seul, au combat. Le poids qu’il portait a fini pas l’écraser et le néant a tout envahi.

Soudain, au loin, au fond de l’horizon, un chant s’élève…. Le bruit puissant d’une corne de chasse brise le vide et la tristesse laissant la place à une musique lancinante. Des ombres sombres aux reflets multicolores entourent progressivement le cadavre recouvert de son linceul. Elles dansent lentement, délicatement autour de lui … Puis la musique s’accélère et les ombres tapent de plus en plus violemment sur le sol au rythme d’un cœur en effort !
Brusquement, le drap noir se soulève et laisse apparaître une majestueux cerf : Le Grand Cerf de Corlata est ressuscité ! La chaleur de sa présence fait fondre la neige et sous sa marche fertile la nature se récrée, les magnifiques fleurs refleurissent, les herbes sont de nouveaux vertes et les arbres verdoyants repeuplent le désert. Une nouvelle chance a été donnée, comme le printemps vient après l’hiver.

Cerbul (cerf), Corlata, Roumanie, photo prise par l’artiste Charles Fréger
Périodes des festivités : le Nouvel an.
Le Cerf de Corlata est entouré de danseurs en tenue traditionnelle munis d’une corne de chasse. L’animal effectue une danse rapide qui illustre sa vitalité puis meurt avant de ressusciter grâce aux chants et aux danses de ses acolytes.

Commentaires fermés sur UN RENOUVEAU, sur l’exposition de Charles Freger Wilderman, par Clara Lemercier

Préc. »