Centenaire de la section

Hervé Debruyne, Directeur adjoint des Communication & relations publiques de la ville de  Rouen a nous a rappelé Que Hallgeir, Halvor et Torstein avaient gentiment accepté de poser pour un clin d’œil à la section norvégienne en 2014.

Comme sur cet exemple qui montre l’intérêt que peuvent avoir nos élèves de la section du lycée Pierre Corneille pour les rouennais, nous allons continuer de réunir tous les documents dont nous pouvons disposer pour les présenter lors des grandes festivités du Centenaire de la section norvégienne autour du 24 septembre 2018.

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Regard dans le rétroviseur / Et tilbakeblikk

 

Regard dans le rétroviseur

Luna Bloin-Wibe

Il y a maintenant presque 8 mois que j’ai passé 7 examens en une semaine, mangé un dîner de 7 plats (un pour chaque examen), fait mes valises, et pris un train pour sortir de Rouen. J’avais déjà fait le trajet pleins de fois, mais cette fois c’était la dernière fois en tant que membre de la section norvégienne. Depuis, je me suis souvent demandée comment cette section m’a formée. Maintenant qu’ un certain temps est passé, je pense avoir une meilleur réponse qu’au moment où j’ai rendu ma copie de SVT et j’ai compris que cette aventure était vraiment fini.

Premièrement, j’ai appris à travailler bien et organisé. J’ai commencé mes études de physique à l’EPFL (Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne), et même si le niveau et le rythme de travail est plus élevé, je trouve que le lycée m’a bien préparé. Ecrire de fiches m’a sauvé au moment du bac, et je les utilise souvent ici aussi !

J’ai dû m’habituer à de nouveaux environnements ; d’abord l’internat, avec ses règles strictes concernant les heures de sortie et les repas obligatoires dans un self *intéressant*; puis un appartement, avec toutes les responsabilités qui en suivent. Les deux ont des avantages et des inconveniants, qui m’ont appris beaucoup de choses. Maintenant je peux par exemple donner des conseils aux futurs élèves, comme “ Ne louez pas un appartement d’un homme mystérieux du Havre qui parle incompréhensiblement et qui ne réponds jamais au téléphone”.

J’ai aussi eu la chance de pouvoir intégrer l’organisation des élèves norvégiens au lycée, Ganger-Rolv. A travers de cette organisation, j’ai appris que l’important n’est pas que le travail ; il y a aussi l’aspect social. J’ai plein de bonnes (et parfois un peu vagues) mémoires des années passées: Des pique-niques dans le parc, des restaurants, des vacances en Corse et à Chamonix, de longues nuits, des promenades le long de la Seine, la statue de Corneille en costume de Père Noël; tout ceci m’a aussi formée.

En tout, je dirai que ces trois années au lycée Pierre Corneille ont été très importantes pour moi. C’était une vraie aventure; si parfois ça n’a pas été facile, ça n’a jamais été ennuyeux ! (sauf peut-être quelques cours de philo).

 

Et tilbakeblikk – tre år på Lycée Corneille

Det har nå gått over et halvt år siden jeg tok 7 eksamener på en uke, spiste 7-rettersmiddag (en for hver eksamen) for å feire, pakket ned alt jeg eide og satte meg på toget ut av Rouen. Jeg har tatt den turen mange ganger før, men dette var altså siste gang som medlem av seksjonen. Siden den gang har jeg tenkt mye på hvordan Rouen har formet meg gjennom årene. Nå som det er litt lenger siden, føler jeg at jeg har et litt tydeligere svar enn da jeg leverte den siste prøven min den onsdagen i juni og innså at det hele faktisk var ferdig.

For det første har jeg lært meg å jobbe hardt og organisert. I september begynte jeg å studere fysikk på EPFL (Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne), og selv om det definitivt er hardere og mer å gjøre her enn på lycée, føler jeg at Rouen forberedte meg godt. Fiches – notater i syntetisert form på søte ark, franske elevers yndlingsmåte å øve på – ble min redning under bac-perioden, og jeg får fortsatt god bruk for det her jeg er nå og!

Jeg har måttet forholde meg til nye omgivelser: først internatet, med strenge regler om innetider og obligatoriske måltider i en *interessant* kantine; og deretter en egen leilighet, med alt ansvaret som følger med. Begge kommer med mer eller mindre åpenbare fordeler og ulemper, som jeg har lært og vokst av. Nå kan jeg for eksempel komme med råd til fremtidige elever, som “ikke lei en leilighet av en mystisk koreansk fyr fra Le Havre som du ikke skjønner hva sier, og som aldri svarer på telefonen”.

Jeg har også fått være en del av en “eksklusiv” klubb, nemlig Ganger-Rolv, de norske elevens organisasjon. Gjennom den har jeg lært at den norske seksjonen ikke bare handler om skole, men også fellesskap. Jeg har mange gode, om enn litt tåkete, minner fra årene som har gått: Pikniker i parken, restaurantbesøk, ferier til Korsika og Chamonix, sene kvelder, gåturer langs Seinen, Pierre Corneille-statuen i julenissedrakt; alt dette har også vært med på å forme den jeg er i dag.

Alt i alt vil jeg si at de tre årene på Lycée Pierre Corneille har vært veldig viktige for meg, både på godt og på vondt. Det har vært et eventyr; og selv om det ikke alltid var så lett, så var det i alle fall aldri kjedelig! (unntatt kanskje noen philotimer)

 

Regard dans le rétroviseur

Kristoffer Petersen-Øverleir

 

Mes années en France, au Lycée Pierre Corneille à Rouen, sont des années que je ne vais jamais oublier. Ce sont des années remplies de bonnes mémoires à l’école et dans la section.

Pour moi, le plus important que je retiens après ces trois années, c’est que c’était pour la première fois à moi d’organiser toute ma vie. Il n’y avait plus mes parents. On peut dire que c’était mes premiers pas dans la vie adulte. Même si j’étais dans un programme et qu’il y avait certaines règles et aides, j’ai tout d’un coup eu beaucoup plus de responsabilités que je n’ai jamais eu auparavant dans ma vie. C’était un grand changement de situation, qui demandait des adaptations immenses. Il fallait également apprendre une nouvelle langue et un nouveau système scolaire dans un nouveau pays. Pour conquérir ces défis, j’ai dû trouver des bonnes habitudes de travail et de la discipline, et c’est avant tout ces qualités que je retienne et que je vais amener avec moi le reste de ma vie.  

Pour moi, ça a également été un excellent exemple du fait que c’est dans des situations difficiles que l’on progresse véritablement. Ça peut être inconfortable, certes, mais on grandit beaucoup plus vite par rapport au choix du chemin le plus simple. Je suis maintenant convaincu, en regardant dans le rétroviseur, que de prendre le chemin dur est un bon investissement en soi-même pour l’avenir (même s’il ne faut pas oublier de s’amuser aussi, bien sûr).

En somme, je ne regrette pas du tout d’avoir passé le bac en France !

 

 

 

En kikk i bakspeilet – mine tre år på Lycée Corneille

Årene mine i Frankrike, på Lycée Pierre Corneille i Rouen, kommer jeg aldri til å glemme. Det er tre år fylt med gode minner fra skolen og norskseksjonen.

Det viktigste for meg disse tre årene, var at jeg for første gang måtte organisere mitt eget liv, for foreldrene mine var der ikke. Kanskje kan man si at det var mine første skritt i voksenlivet. Selv om jeg var i et program hvor det både var regler og støtte, fikk jeg plutselig mye mer ansvar enn jeg noen gang hadde hatt, noe som krevde mye av meg. I tillegg måtte jeg lære et nytt språk og tilpasse meg et nytt skolesystem i et nytt land. For å klare det, måtte jeg lære meg gode arbeidsvaner og disiplin, og det er nok det viktigste jeg har tatt med meg – og noe jeg kommer til å ha nytte av resten av livet.

For meg har det vært et glitrende eksempel på at det er i motgang det går framover. Det kan være vanskelig, helt klart, men man vokser mer på å møte vanskelighetene enn å velge minste motstands vei. Jeg er sikker på, nå når jeg ser i bakspeilet, at det å ikke velge minste motstands vei er en god investering for framtida (selv om man ikke må glemme å ha det gøy så klart!). For å oppsummere: Jeg angrer ikke på å ha gått på videregående i Frankrike!

 

Publié dans La section | Laisser un commentaire

Les nouveaux élèves de la section se présentent.

De gauche à droite : Mads, Vera, Emma, Mabel, Anne Marie, Rebecca, Ane et Hans.

Bonjour, je m’appelle Vera H-W Skjølberg. J’ai 16 ans et ma date de naissance est 01/02/01. Je viens de Kristiansand, qui est une ville située dans le sud de la Norvège. Ma famille est composée de mes parents et mes deux frères et sœurs. Dans mon temps libre, j’aime passer du temps avec mes amis, lire – surtout des livres anglais, et écouter de la musique. Je suis arrivée en France parce que je voudrais apprendre le français et faire quelque chose de nouveau et excitant.

Je m’appelle Anne Marie Torbjørnsdal et j’ai 16 ans. Je vies de Bekkestua, une petite village à côté d’Oslo. Dans mon temps libre, j’aime lire, faire de la voile, scoutisme et regarder des films et des séries. Ma famille se compose de mes deux sœurs et mes parents. Je suis partie pour la France pour apprendre le français.

Je m’appelle Hans Bollingmo et j’ai 16 ans. J’aime jouer au tennis. Je viens de Moss. C’est une ville 40 minutes au sud d’Oslo. Je parle norvégien, anglais, français et un peu allemand. En Norvège j’ai joué au tennis quatre fois par semaine. J’aime cuisiner aussi. Ma cuisine préférée est la cuisine méditerranéenne. J’ai une sœur qui a 13 ans, elle a récemment commencé au collège. La profession de mon père est conseiller de communication.

Je m’appelle Ane Fagerholdt. Je viens d’Oslo et j’habite 50% chez ma mère et 50% chez mon père et ma belle-mère. Ma mère s’appelle Kristil, mon père s’appelle Espen et ma belle-mère s’appelle Anita. J’ai un chien qui s’appelle Beauty. Dans mon temps libre, j’aime lire, jouer au basket et regarder des films. Je suis allée en France pour apprendre le français. Mes matières préférées sont l’anglais et l’histoire.

Bonjour, je m’appelle Rebecca Hagring et j’ai 16 ans. Je viens de Lillestrøm qui est environ 10 minutes d’Oslo. J’habite avec ma famille: mes parents, mon petit frère, ma petite sœur et notre perruche. Quand je suis libre, j’aime faire de la natation. En Norvège je faisais de la natation 24 heures par semaine. J’aime aussi jouer du piano et chanter. J’ai hâte d’apprendre beaucoup plus de français et je trouve que Lycée Pierre Corneille est un école très beau.

Je m’appelle Mads Møkkelgård Øyum et j’ai 16 ans. Je suis norvégien et je viens d’Orkdal, une petite commune dans le centre de la Norvège, 40 kilomètres de Trondheim. Trondheim est la 3ème ville de Norvège. Quand je suis libre, je fais du taekwon-do et joue du piano. J’ai la ceinture noire en taekwon-do et j’ai été instructeur pendant 1 an. J’aime aussi la science, la programmation et les mathématiques. Deouis 2015 je suis “ung MOTivator” pour l’organisation MOT et je souhaite diffuser de bonnes valeurs. J’ai choisi d’aller en France parce que je voudrais plus des défis académiques.

Bonjour, je m’appelle Emma Løkeland Ryste. Je suis née le 13 avril 2001, donc j’ai 16 ans. Je viens d’Oslo, la capital de la Norvège. Là j’habite avec ma mère, mon père, ma petite sœur et mon chien. Ma sœur s’appelle Tale et elle a 13 ans. J’ai aussi habité à Paris pendant 3 ans quand j’étais petite. Quand je suis libre, j’aime lire, faire du sport et passer du temps avec mes amis. J’ai joué au football pendant 7 ans. Je suis aussi très intéressée par la politique, le féminisme et la société en générale. Mes matières préférées sont les maths et l’histoire. Les raisons pour lesquelles je suis venue ici sont que je voudrais bien apprendre mieux le français, rencontrer des nouveaux gens – et pour habiter en France, parce que j’aime la France.

Publié dans La section, Seconde | Laisser un commentaire

Un proviseur en Norvège, du 16 au 20 octobre 2017 / En rektor på Norgesbesøk, 16. til 20. oktober 2017.

 

Le séjour en Norvège a commencé par un aperçu d’Oslo via Karl Johans gate, célèbre avenue qui égrène Parlement, Université, théâtre, et débouche sur le Palais royal dans lequel la famille royale réside une partie de

l’année. La statue équestre n’est qu’un prélude à toutes celles qui peuplent le parc Frogner, entièrement conçu par le sculpteur Gustav Vigeland (fontaine, grilles en fer forgé, 212 statues géantes en granit, mais aussi 58 sculptures disposées le long d’un pont – et notamment le Sinnataggen, dont l’équivalent français pourrait être « soupe-au-lait », l’une des plus célèbres). C’est à une réflexion sur les âges de la vie et les relations humaines que nous invite la déambulation, avant une réunion au Ministère norvégien de l’Éducation et de la Recherche, durant laquelle la délégation française a découvert comment travailler en mangeant des sandwichs copieusement arrosés de café !

 

Après Bergen il y a deux  ans, le séminaire a cette année mené le groupe – armé de vestes bien chaudes ! – à Tromsø, au-delà du cercle polaire arctique. Les sommets des montagnes enneigées pointent partout à l’horizon d’une ville qui frappe par sa sérénité, comme Oslo.

 

 

 

Nous avons visité le lycée de Kongsbakken (lycée russo-norvégien, construit sur un partenariat avec un lycée de Mourmansk), appris que les élèves évaluent leur établissement, que les copies des élèves sont dématérialisées, que les épreuves de l’examen final sont tirées au sort, que les enseignants (qui sont trivalents au collège, bivalents au lycée) ont chacun un bureau pour assurer leurs heures de présence en plus de leurs heures de cours, que la bibliothèque et les tables pour se restaurer se côtoient dans le même lieu…

 

 

     

 

Le lendemain, nous avons été époustouflés par un collège tout neuf, Summerlyst. Dans le forum, à l’entrée, le silence est de mise. On pourrait se croire à New-York : les élèves réfléchissent à la situation du Yémen sur le principe d’un très sérieux débat à l’ONU. Mais nous ne sommes pas au bout de nos émerveillements : les locaux sont organisés pour le confort et le bien-être de tous. Les salles de cuisine, de couture, de biologie nous étonnent… sans oublier les 4 poubelles de tri ! Chaque niveau a sa propre entrée dans les locaux : les élèves ont chacun un vestiaire, dans lequel ils posent manteaux, sacs, mais aussi… chaussures. De jeunes adolescents en chaussettes et sandales tiennent la porte de leur professeur en fauteuil roulant. Une classe de 9e nous a préparé une chanson en français, puis nous observons le ballet d’un travail de groupes aux multiples activités : d’un jeu de plateau à des jeux interactifs sur un double TNI qui réagit au doigt. Les élèves se connectent sur des ordinateurs ou leur téléphone portable, puis tiennent des crayons pour une autre activité… Les cours sont alignés de manière à ce que plusieurs enseignants de la même matière interviennent ensemble auprès des élèves.

 

De nombreux échanges ont ponctué ces journées : étudiante française en Erasmus, lycéenne qui a passé une année en Première en France, une autre qui rentre tout juste de ses trois années à Bayeux et dont le témoignage est complété par celui de ses parents, enseignants norvégiens. Au collège, Unni nous explique ainsi que le français est perçu comme une langue d’élite : la grammaire

est importante, il ne faut pas faire d’erreurs. L’élève norvégienne qui termine son lycée à Kongsbakken nous confie qu’elle a trouvé les journées de cours très longues, que les cours sont trop souvent théoriques et ennuyeux, mais qu’elle regrette les moments de partage à la cantine. Le système français est perçu comme très strict, ce qui devient un atout dans le regard posé par certains, qui apprécient les règles mises en place. En Norvège les relations entre les professeurs et les élèves sont beaucoup plus proches, preuve en est du tutoiement et de l’usage des prénoms, dans les deux sens.

 

 

Il fallait bien prendre un peu de hauteur après tout cela, ce que nous a offert le téléphérique (Fjellheisen) : vue splendide sur les lumières de ville, desquelles se détachent celles de la cathédrale des Mers arctiques. Et le séjour était si bien organisé qu’en sortant de table du dernier dîner, nous avons pu admirer… une aurore boréale…

 

En rektor på Norgesbesøk 

Førsteinntrykket av Oslo med berømte Karl Johans gate som binder sammen Stortinget, Universitetet, Nationaltheatret og det kongelige slott, innledet oppholdet vårt i Norge. Statuen på Slottsplassen var et frampek til alle statuene i Vigelandsparken, 212 statuer laget av Gustav Vigeland (i tillegg til smijernsporter og fontener), samt 58 skulpturer som står langs broen inn mot anlegget, hvorav Sinnataggen er den mest kjente. En refleksjon over ulike stadier i livet og menneskelige relasjoner som vi kunne ta med oss inn på møtet i Kunnskapsdepartementet. Her fikk den franske delegasjonen lære hvordan man i Norge spiser smørbrød og arbeider samtidig – med store mengder kaffe.

For to år siden foregikk seminaret i Bergen, i år brakte seminaret oss nord for Polarsirkelen. Bevæpnet med varme klær inntok vi Tromsø, og ble overveldet over den fredelige byen omkranset av snødekte fjell. Vi besøkte Kongsbakken videregående skole som blant annet har et samarbeid med en videregående skole i Murmansk. Her lærte vi blant annet at elevene evaluerer skolen, at elevtekster leveres digitalt, at eksamensfag trekkes og at lærerne (som stort sett har tre fag i grunnskolen og to fag på videregående skole) har kontorplasser hvor de arbeider når de ikke har undervisning, og at biblioteket og kantina ligger på samme sted.

 Dagen etter ble vi overveldet av en helt ny skole, Sommerlyst ungdomsskole. I atriet ved inngangen var det helt stille. Vi kunne vært i New York: Elevene hadde en meget seriøs diskusjon om situasjonen i Yemen etter modell fra FN. Skolen gjorde inntrykk, bygget var designet for trivsel, spesialrommene for biologi, kunst og håndverk og mat og helse var imponerende – for ikke å glemme kildesorteringen! Hvert trinn har sin egen inngang, og elevene har hvert sitt skap til jakker, sekker… og sko! Ungdommene gikk i tøfler og sandaler og holdt oppe døren for læreren i rullestol. Klasse 9e hadde forberedt en fransk sang, og så fikk vi observere flere ulike gruppeaktiviteter, blant annet digitale spill. Elevene brukte mobiltelefoner og pc, men også blyanter når det passet best. Timene i fagene er parallellagt slik at flere lærere kan være innom timene med elevene.

Det ble tid til mange møter i løpet av disse dagene: i tillegg til en fransk Erasmusstudent og en elev som hadde gått ett år på lycée i Frankrike, møtte vi en elev som akkurat hadde fullført sine tre år i Bayeux, henne møtte vi sammen med foreldrene som var lærere. På ungdomsskolen vi besøkte, forklarte Unni oss at franske fortsatt blir oppfattet som et elitespråk, grammatikken er så viktig og man må ikke gjøre feil. Den norske eleven som hadde gått ett år på skole i Frankrike sa at hun syns skoledagene hadde vært veldig lange, teoretiske og kjedelige, men at hun savnet fellesskapet i kantina.Det franske systemet blir oppfattet som strengt, noe som også kan være positivt for de som setter pris på tydelige regler. I Norge er relasjonene mellom lærere og elever mye tettere, for eksempel bruker begge fornavn og sier “du” til hverandre.

Etter alt dette trengte vi litt høyde, og Fjellheisen ga oss en fantastisk utsikt over lysene fra byen og vi kunne beundre Ishavskatedralen. Oppholdet i Norge var så godt organisert at da vi kom ut fra middag siste kvelden, så fikk vi også se nordlyset!  

 

Publié dans La section | Laisser un commentaire

Les vacances d’hiver: Chamonix !

Pour les vacances d’hiver et de printemps les élèves de la section norvégienne font des voyages ensemble. Nous visitons des lieux partout en France, et pendant les vacances d’hiver, nous sommes allés à Chamonix. Ci-dessous, nous vous présenterons ce que nous avons fait là-bas.

Hver vinterferie og vårferie drar elevene i norskseksjonen på seksjonsferie sammen. Vi besøker steder overalt i Frankrike, og i løpet av denne ferien dro vi til Chamonix. Her skal vi vise dere hva vi har gjort der.

 

Chamonix et les alpes

Chamonix-Mont-Blanc est une commune située dans le département de la Haute-Savoie, en région Auvergne-Rhône-Alpes. La commune est localisé dans la partie septentrionale et occidentale des Alpes. Elle est développée dans la vallée du même nom, au nord des Alpes, proche du point de concorde frontière de la France, la Suisse et l’Italie. La vallée de Chamonix s’étend sur une étendue d’environ 17 kilomètres. L’aiguille du Midi fait partie des aiguilles de Chamonix, dans le massif du Mont-Blanc. Culminant à 3 842 mètres, elle est la plus haute de aiguilles de Chamonix. Il y a presque 9000 d’habitants à Chamonix-Mont-Blanc distribués entre les seize villages et hameaux qui ensemble composent la commune. Avec les saisons touristiques, la démographie locale connaît d’importantes variations. On dénombre plus de 100 000 personnes entrent dans la vallée chaque jour durant la période estivale et environ 60 000.

 

Chamonix-Mont-Blanc er en kommune som ligger i departementet Haute-Savoie, i regionen Auvergne-Rhône-Alpes. Kommunen har fått navn fra dalen den befinner seg i det nordvest-europeiske alpepartiet nær grensen til Sveits og Italia. Det er nesten 9000 innbyggere i Chamonix-Mont-Blanc fordelt på de 16 landsbyene og grendene.

 

Mont Blanc et l’Aiguille du midi.

On trouve la montagne Aiguille du midi à Chamonix. Culminant à 3 842 mètres. Pour aller au sommet on doit prendre une téléphérique qui s’appelle « téléphérique de l’aiguille du midi ».

Sur le sommet on trouve un café et une boutique de souvenirs. On trouve aussi le « pas dans le vide ». C’est une cage en verre d’où on peut voir Mont Blanc, la montagne la plus haute en Europe.

On a visité Aiguille du midi le jeudi 17 février.  Nous avons adoré et nous avons envie de visiter l’Aiguille du midi encore une fois, et peut être descendre la montagne en ski la prochaine fois.

 

Aiguille du Midi ligger i Chamonix. Fjellet ligger 3 842 meter over havet. For å komme til toppen må man ta en gondol som heter « téléphérique de l’aiguille du midi ». på toppen av fjellet finner vi en suvenirbutikk og en kafé. I tillegg er det en boks laget av glass på toppen som heter « Skywalk : step into the void ». I denne boksen kan man se utover alpene og opp mot Mont Blanc som er Europas høyeste fjell.

Vi besøkte Aiguille du midi den 17. februar. Alle elevene synes ekspedisjonen hit var utrolig flott og vi ønsker gjerne å besøke toppen enda en gang og kanskje stå på ski helt ned istedenfor å ta gondolen ned igjen.

 

Les norvégiens sont nés avec des skis aux pieds!

Les norvégiens sont nés avec des skis sur les pieds. De la 1ere journée de notre vie, nos parents nous emmènent dehors pour faire du ski. Quand on a cinq ans, nous sommes au niveau du français Martin Fourcade. Pendant le championnat du monde de ski, tous les pays regardent les héros norvégiens ensemble. Pour un norvégien le moment le plus heureux est quand il commence de neiger. Un des plus grands héros norvégiens s’appelle Ole Einar Bjørndalen, et même s’il est vieux il continue de gagner l’or. Aujourd’hui il est le skier de biathlon avec le plus grande nombre de médailles. Il a 58 médailles des jeux olympiques et championnats du monde.
Nordmenn er født med ski på bena. Fra den første dagen av våre liv, tar foreldrene våre oss ut på skitur. Når vi fyller 5 år er vi på nivå med den franske Martin Fourcade. Under ski-VM sitter hele landet sammen og følger med på de norske heltene på TV. For en nordmann er det lykkeligste øyeblikket når det begynner å snø. En av de største norske heltene heter Ole Einar Bjørndalen og selv om han er gammel, fortsetter han å vinne gull. I dag er han skiskytteren som har vunnet flest medaljer. Han har vunnet 58 medaljer i de olympiske leker og i verdensmesterskapet.  

 

 

 

Publié dans La section | Marqué avec | Laisser un commentaire

La rentrée – huit nouveaux élèves norvégiens au Lycée Pierre Corneille

Les secondes norvégiens

Emil, Christopher, Gjermund, Ingrid, Signe, Marita, Hannah et Tone

À la rentrée, huit nouveaux élèves norvégiens ont pris leur place au Lycée Pierre Corneille. Pour la première fois, les filles sont en majorité dans la groupe des nouveaux élèves.

Les élèves se présentent:

Emil Svendsen Eide

Salut, je m’appelle Emil Svendsen Eide et j’ai 16 ans. Je viens de Kristiansand, une ville qui est située au sud du pays. J’ai un petit frère qui s’appelle Victor, une sœur jumelle qui s’appelle Kajsa, et mes parents s’appellent May-Britt et Terje. Nous avons un vieux chat aussi, Zappa. Nous habitons dans une grande maison blanche. Quand je suis libre, j’aime jouer au badminton, aller à la randonnée, lire et être avec mes amis.

J’ai toujours eu envie de voyager et découvrir le monde, doc pour moi, passer trois ans dans un pays étranger pour aller au lycée est fantastique. J’éspère que, pendant ces trois ans, j’apprenne le français, que je découvre la France et que je fasse des nouveaux amis.

 

Christopher Vosgraff

Bonjour, je m’appelle Christopher ! J’habite à l’internat du Pierre Corneille, mais je viens de la Norvège. En Norvège, j’habite dans une petite ville qui s’appelle Hønefoss. Hønefoss est situé environ une heure d’Oslo(la capitale de la Norvège) en voiture.

Dans mon temps libre, j’aime jouer au basket et faire le cube de Rubik. J’ai joué au basket les sept années dernières. J’ai aussi eu la possibilité de jouer à l’équipe nationale de la Norvège.

Avant d’aller en France, j’ai habité avec ma mère parce que mes parents sont divorcés. Je suis allé en France parce que j’ai toujours aimé aller à l’étranger et visiter des pays avec des cultures différent que la culture de la Norvège. Quand je suis en France, je voudrais jouer au basket et peut-être au volley aussi.

Mes matières préférés sont l’anglais, la gymnastique et des autres matières avec de l’activité physique. Je suis très curieux d’habiter à Rouen pour les trois ans prochains.

 

Ingrid Klemetsen Ingemann

Salut! Je m’appelle Ingrid, et j’ai 16 ans. Je viens d’Harstad, qui est une ville au nord de la Norvège. Maintenant, j’habite à l’internat Pierre Corneille avec les autres norvégiens. J’ai deux frères qui s’appellent Eskil et Sebastian, et un chien qui s’appelle Rio.

Quand j’étais en Norvège, j’ai eu l’habitude de jouer au handball et faire du gymnastique, mais j’aime faire tous les sports. J’aime faire du ski et faire du ski alpin, je le fais beaucoup avec mes amis et ma famille. J’aime lire, et, bien sûr, être avec mes amis.

J’ai voulu aller en France pour apprendre la vie française et pour essayer choses nouvelles.

 

Gjermund Almås

Bonjour, je m’appelle Gjermund. J’ai seize ans et je suis norvégien. J’ai un frère et une sœur. J’adore voyager, et j’ai visité treize pays. La France et l’Australie sont mes pays préfères. J’aime jouer sur mon ordinateur et parler avec mes amis. J’adore les livres et mes livres préfères sont The Witcher, Les naines et Eragon.

Je viens de Malvik, comme est une petite commune au milieu de la Norvège. Malvik est près de Trondheim comme est la troisième grande ville å Norvège. J’ai habité en Australie pendant trois ans. J’ai appris l’anglais en Australie et j’ai joué le basket et le tennis.

Je suis parti en France parce que je voudrais apprendre le français et habiter dans un nouveau pays. Je voudrais aussi apprendre la culture français at aller au lycée en France.

 

Signe Håland Buer

Salut ! Je m´appelle Signe, et j´ai seize ans. Je viens d’une petite ville qui s´appelle Lillehammer.  Lillehammer est une petite ville avec 27 000 habitants, environ. Lillehammer est une ville magnifique ! Il y a la neige, la montagne, et nous avons arrangé les Jeux Olympiques d´hiver en 1994. Après les jeux le président du comité olympique international a dit que « ce sont les meilleurs Jeux Olympiques d´hiver jamais ».

Il y a beaucoup de neige à Lillehammer en hiver, donc faire du ski est très populaire. J´aime faire du ski. Je fais le ski du fond et le ski d´alpin. En hiver, je fais du ski deux fois par semaine, environ. On peut aussi faire des autres activités à Lillehammer. Moi, par exemple, j´aime jouer au foot. En été, je joue au foot quatre fois par semaine. J´aime aussi lire des livres. Mes genres préférés sont des romans policiers et des romans d´action.

J´ai deux frères, qui s´appellent Karsten et Ludvik. Ils ont 12 et 10 ans. Nous habitons dans une grande maison noire avec nos parents.

J´ai toujours connu la section norvégienne, et j´ai connu le programme à cause de ma famille. C´est parce que mon grand-père et mon oncle sont allés au Lycée Pierre Corneille. J´ai voulu aller en France pour apprendre une nouvelle langue, et pour obtenir des amis français. J´ai hâte !

 

Marita Sjøvaag Olsen

Je m’appelle Marita Sjøvaag Olsen j’ai 16 ans et je suis née 22. septembre 2000. Je viens de Hønefoss, une ville en dehors de Oslo. Hønefoss est connu pour avoir le plus grand verger de pommiers en Norvège.

Mes matières préférées sont SVT, Histoire-géographie, anglais et physique-chimie. J’aime lire, et mes livres favoris sont : « Just one day » de Gayle Forman, « Divergent » de Veronica Roth, « The maze runner » de James Dashner, « Looking for Alaska » de John Green, « 13 reasons why » de Jay Asher et « Simon vs. The homosapiens agenda » de Becky Albertalli. J’aime faire du sport, spécialement faire du vélo de route et faire du ski.

J’ai un petit frère ; Maximus. Il a 14 ans. Un petit demi-frère ; Max. Il a 11 ans. Et une petite demi-sœur ; Lilli. Elle a 10 ans. Ma mère s’appelle Gitte. Mon beau-père s’appelle Tom et mon père s’appelle Harald. Ma mère et mon beau-père habitent á Hønefoss dans une grande maison noire. Mon père habite à Lørenskog, une ville en dehors de Oslo et entre Oslo et Lillestrøm. Il habite dans un appartement blanc.

Je voudrais étudier en France parce que j’adore tout trucs français, spécialement la langue. Et je pense que c’est un extraordinaire possibilité étude dans un autre pays. Pour apprendre plus d’histoire, culture etc. d’un autre pays. J’aime aussi voyager et je pense c’est une grande possibilité d’habiter dans un autre pays.

 

Hannah Chaplin Laugaland

Je m’appelle Hannah Chaplin Laugaland. J’ai 16 ans et viens de la Norvège. J’ai un frère, il s’appelle Timothy et a 19 ans. Faire du sport me plait, par exemple le ski à l’hiver. J’aime aussi lire, voyager et être avec mes amis.

Je viens d’un petit village de l’ouest de la Norvège, au bout d’un fjord. C‘est une belle place, avec beaucoup de fermes. Ce n’est pas loin de la grande attraction touristique, Preikestolen.

J’ai voulu déménager en France, parce que je veux apprendre et voir beaucoup de choses. Je veux aussi apprendre le français, qui est une langue très belle et importante.

Je pense que aller au Lycée Pierre Corneille est une possibilité extraordinaire. Je me réjouisse de vivre ici pendant trois ans.

 

Tone Svalbjørg

Je m’appelle Tone, j’ai 15 ans, et je suis norvégienne. Je viens de la capitale de la Norvège, Oslo. À Oslo, j’ai habité dans une petite maison rouge, avec un petit jardin, avec ma famille, mais en France, à Rouen, j’habite à l’internat du lycée Pierre Corneille. Ma famille est composée de mon père, Arild, ma mère, Britt, et mon petit frère, Erlend. Erlend a 12 ans, il aime bien faire du ski et biathlon et aussi jouer au foot. J’aime faire du sport, en particulier le basket et l’escalade. Je n’ai pas appris le français à l’école en Norvège, mais j’ai appris le français en août à l’institute français à Oslo.

Je viens d’Oslo, qui est la capitale de la Norvège. Oslo est plus ou moins aussi grande qui Rouen. On trouve Oslo au bout d’un fjord, qui s’appelle Oslofjorden (ou fjord d’Oslo). À Oslo on trouve le palace royal, et l’assemblé national est aussi située à Oslo. Il y a beaucoup de musées à Oslo, par exemple le musée de Munch, et le musée de Kon-tiki.

J’ai voulu aller en France parce que je veux apprendre le français. Aussi j’aime bien la France et j’aime découvrir de nouveaux endroits.

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans Seconde | Laisser un commentaire

Notre vie avec Jeanne d’Arc.

Rouen, la ville occupée par les Vikings en 911. Rouen, la ville de la mort de Jeanne d’Arc en 1431. Rouen, la ville réoccupée par les « Vikings » depuis 1918. Ceci c’est un reportage sur la vie des « Vikings » dans la ville de Jeanne d’Arc.IMG_8816 Le Lycée Jeanne d’Arc est crée le premier octobre 1882, et il est l’un des six lycées publics de la ville de Rouen. Le lycée est un lycée d’enseignement général et technologique, et le seul lycée rouennais dominé par des classes litteraires car il en a quatre contre seulement deux classes de sciences et deux classes d’économie et sciences sociales. Le lycée a aussi plusieurs formations post-bac comme les CPGE littéraires. IMG_8830

La tour Jeanne d’Arc, aussi appelée Donjon et anciennement Grosso Tour, était la tour principale du château de Rouen construit par Philippe Auguste. C’était dans cette tour que Jeanne d’Arc était torturée, mais contrairement à ce que pensent beaucoup de gens elle n’était pas imprisonnée là, mais dans la tour de la Pucelle, elle aussi à Rouen.

IMG_8831

La Rue Jeanne d’Arc commence à la Gare Rive Droite et s’arrête au pont Jeanne d’Arc. Quelques attractions dans cette rue sont le Palais de Justice, le Square Verdrel et l’Opéra.

L’église Saint Jeanne d’Arc se trouve sur la place du Vieux Marché. Sur cette place, Jeanne d’Arc a été brûlée le 30 mai 1431. Le travail sur l’église finissait en 1979. C’est dommage que Jeanne d’Arc ne puisse pas visiter l’église, car c’est vraimenIMG_8833t quelque chose ! IMG_884113 vitraux on peut y trouver du XVIe siècle. Ils sont placés dans le mur nord de l’église.  Le Pont Jeanne d’Arc est un pont de 220 m constuit en 1956 qui relie Rive Droite et Rive Gauche. Le metro de Rouen travers ce pont.  L’historial Jeanne d’Arc est le plus grand lieu dédié à la mémoire de Jeanne d’Arc .

IMG_8845

Il est géré par la Métropole RouenNormandie. IMG_8849Le but de l’historial est de redécouvrir l’histoire de Jeanne d’Arc, et son mythe. Par ailleurs, il y a de nombreuses boulangeries, bars, bancs etc. qui partent le nom de Jeanne d’Arc.

 

 

Tale, Frederik, Peter og Gabriel.

Publié dans Seconde | Laisser un commentaire

Rollo – norsk eller dansk?

Etter å ha bodd i Frankrike i snart ett år, kan vi vel si at noen av oss har fått smaken på fransk kultur. Vårt møte med en ny og fremmed kultur har satt sine preg, på godt og vondt, men vi er fremdeles stolte norske, som ja, elsker vårt fedreland. Så når det da settes spørsmålstegn ved en viktig nordmanns egentlige opphav… hva er det du sier?! Rollo, dansk?! Ja, da er det noe som vekker vår nysgjerrighet.

“Hvem er Rollo?”, “hva gjorde han” og “hva betyr Rollo for oss?” er tre spørsmål du snart vil få svar på. Sarkofag Rollo

Vikinghøvdingen Rollo ble hersker i Normandie på Harald Hårfagres tid, i det den frankiske kongen gjorde ham til hertug i 911 mot at han til gjengjeld skulle forsvare Nord-Frankrike mot andre vikinger. Men hvorfor befant Rollo seg i Frankrike? Ifølge norsk-islandske sagatradisjoner er han Gange Rolv som ble kastet ut av Norge av Harald Hårfagre. Det var i lang tid omdiskutert om dette stemte, og på midten av 1800-tallet skulle det utfolde seg en heftig debatt mellom norske og danske historikere om hvor vidt Rollo virkelig var norsk. Danskene hevdet derimot at han var dansk. Ettertidens kjedelige diskusjoner har vist seg å være umulige å avgjøre. Selv den dag i dag er vi usikre. Vi er ikke akkurat blitt kastet ut av Norge, og i hvert fall ikke av noen vikingkonge med fancy hår, men dette er vår tilknytning til Rollo, nordmannen i Frankrike, nærmere bestemt Normandie.

Gange Rolv er også, ikke helt tilfeldig, navnet på vår nesten 100 år gamle studentorganisasjon. Denne organisasjonen består av norske elever på Lycée Pierre Corneille. Respekt, samhold og tradisjon er verdier som har blitt videreført fra generasjon til generasjon og settes høyt blant oss. Men tilbake til Rollo. I januar 2016 innvilget franske myndigheter og den franske kirken den norske søknaden om å få åpne graven til Rollos barnebarn og oldebarn, hertug Richard den Fryktløse og hans sønn hertug Richard den Gode. Graven er en sarkofag i gulvet i et kloster i Fécamp. Rollon kartForskerne fant blant annet en underkjeve med åtte tenner, trolig tilhørende hertug Richard den Gode. To rettsmedisinere fra Norge og Danmark fikk nappet med seg fem tenner som er avgjørende bevis i og med at DNA-et i tenner etter såpass mange år kan være brukbart. Nå har vi endelig et håp om å få oppklart Rollos virkelige opphav.

Resultatene kommer til høsten, så gjenstår det bare å se… er Rollo norsk eller dansk?

Sol Pauline, Morten og Torjus.

Publié dans Seconde | Laisser un commentaire

Rollon, norvégien ou danois?

Après presque un an en France, nous nous sommes bien intégrés à la culture française. La venue chez nos familles d’accueil était formidable. Mais nous n’avons pas oublié notre culture norvégienne. Rollon est un homme important dans l’histoire norvégienne. Il est consideré comme le fondateur de la Normandie selon l’histoire norvégienne. Il est aussi un homme important pour les élèves norvégiens au Lycée Pierre Corneille parce qu’il a nommé notre organisation d’étudiant.

Sarkofag Rollo

Cette organisation existe depuis 100 ans et si Rollon est à l’origine danois, notre organisation pourrait être nommé d’un danois. Quelle horreur! Qui est Rollon? Pourquoi se trouvait-il en Rouen? Et quelle est notre relation avec Rollon? Rollon a été le souverain en Normandie du temps d’Harald aux beaux cheveux, au dixième siècle. Selon les traditions islandaises et norvégiennes, Rollon a été exilé de la Norvège par Harald aux beaux cheveux. Les historiens norvégiens comptent sur cette explication, mais les historiens danois ont une autre explication où Rollon serait danois. Les différents historiens se sont beaucoup disputé entre eux, mais cette dispute n’arrivera jamais à une solution. Il y a environ 1100 ans que Rollon est arrivé en Normandie. Rollon a contrôlé et protegé Rouen contre les autres Vikings et a finir par s’installer. Nous habitons aussi à Rouen et notre lieu de résidence est le seule commun entre nous. Nous sommes partis volontairement et pas à cause d’un viking avec des cheveux beaux. En janvier 2016 l’autorité française et l’Église française accordaient la demande norvégienne d’ouvrir la tombe du petit-enfant et de l’arrière-petit-enfant de Rollon, qui s’appelaient Richard l’intrépide et Richard le bon. La tombe est un sarcophage dans le sol dans un monastère à Fécamp. Rollon kart                                                             Les chercheurs ont trouvé une mâchoire avec huit dents, qui nous croyons sont des dents de Richard le bon. Deux médecins de la Norvège et du Danemark ont pris cinq dents qui sont des preuves ADN décisives parce que l’ADN des dents peut être utilisable après de nombreuses d’années. Finalement nous avons espoir d’éclaircir l’origine vraie de Rollon.

Les résultats viendront à l’automne et vont être présentés à l’autorité française.

Donc, il faut attendre… Rollon, est-il norvégien ou danois?

Sol Pauline, Morten et Torjus.

Publié dans Seconde | Laisser un commentaire

Vårt liv med Jeanne D’Arc

Rouen, byen som ble okkupert av vikingene i 911. Rouen, byen der Jeanne d’Arc ble brent i 1431. Rouen, byen som har vært under en vedvarende “vikingokkupasjon” siden 1918. Dette er en førstehåndsskildring av de ville slagmarkene i byen der Jeanne D’Arc sjelen lever og “vikingferder” pågår. Dette er “vikingenes” liv i Jeanne D’Arcs by.

IMG_8816

Lycée Jeanne D’Arc ble opprettet den første oktober i 1882 som den andre skolen for unge jenter i Frankrike, men i dag er den for både gutter og jenter. Den er en av seks offentlige videre gående skoler i Rouen. Skolen har to hovedretninger: den generelle allmenfaglige, og en teknologilinje. Den er den eneste videregående skolen i Rouen som har en overvekt av litteraturklasser, 4 i forhold til 2 realfagsklasser og 2 økonomi og samfunnsfagsklasser. Skolen har også flere post-bac retninger slik som CPGE klasser i litteratur.

IMG_8830

Jeanne D’Arc – tårnet, også kalt Donjon og fra gammelt av var det store tårnet hovedtårnet i Rouenslottet, bygget av Philippe Auguste.

IMG_8831

Det var i dette tårnet at Jeanne D’Arc ble torturert, men i motsetning til det mange feilaktig tror, var det ikke i dette tårnet som senere ble oppkalt etter henne, at hun ble hold somt fengselsfange. Det ble hun i et annet av Rouens tårn, Pucelletårnet.

Rue Jeanne D’Arc er en gate som går fra Jernbanestasjonen på Rive Droite, over Seinen (Pont Jeanne D’Arc), og over på Rive Gauche. Palais de Justice, parken Square Verdrel og Operaen er noe av det som ligger i gaten.

Jeanne d’Arc kirka finner man her, på det man kaller «Place du vieux Marché». På denne plassen ble Jeanne d’Arc brent, den 30. mai 1431. Arbeidet på kirka var ferdig i 1979. Det er virkelig at Jeanne d’Arc ikke kan besøke kirka, for den er virkelig noe for seg selv. 13 vakre glassverk fra det 1500-tallet, er plassert på den nordlige veggen av kirka.

 

Pont Jeanne D’Arc er en 220 m lang bro fra 1956 som knytter Rive Droite (nordbredden av Seinen) og Rive Gauche (sørbredden av Seinen). Rue Jeanne D’Arc og metroen gårover broen.

IMG_8841 IMG_8833 IMG_8849

Jeanne D’Arc historialen er det største minnesmerke av Jeanne D’Arc. Det er la Métropole Rouen Normandie som har opprettet og i dag styrer historialen. Den er laget for å kunne oppdage historien om Jeanne D’Arc, og myten om henne. Det er også et kapell dedikert til Jeanne D’Arc inne i katedralen.

Man finner også kaféer og barer med det kjente navnet Jeanne D’Arc i Rouen.

IMG_8869IMG_8850  IMG_8845 IMG_8840

Stor hilsen fra Frederik, Peter, Gabriel og Tale!

Publié dans Seconde | Laisser un commentaire