Fenêtre sur cœur… LE HAVRE

Le lycée des métiers du bois accueille, depuis de nombreuses années, des artistes en résidence dans le cadres de projets pédagogiques et culturels de qualité.

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Paru dans le Paris Normandie Dieppe / Bray – Samedi 11 mai 2019

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Sortie à « terre 2 foot » à Dieppe

1 heure de jeu non stop avec Augustin, Antoine, Romain, Louis, Maxime,
Léo, Arthur, Jessy et Lucas.

Publié dans UNSS | Laisser un commentaire

Rencontre de district en futsal à Forges

L’équipe de « junior » avec Antoine, Théo, Valentin, Vincent, Théo finissent 2éme de la poule

L’équipe de cadets avec Maxime, Augustin, Victor, Chance, Benjamin finissent 3éme de la poule

Publié dans UNSS | Laisser un commentaire

Rencontre interzone de foot extérieur à 7 à Dieppe

L’équipe de cadets composée de

Théo, Antoine, Victor, Quentin, Romain, Augustin, Vincent, Valentin finit 2éme de la poule, qualification aux départementale (sans suite car ils sont en stage et pas d’équipe de remplacement)

Publié dans UNSS | Laisser un commentaire

Chantier école – 2nde NJPF

Bonjour tout le monde,

Des petites photos du chantier école des NJPF qui est en train de se terminer :

La classe a travaillé sur le boisement d’une parcelle (merci Jason !) avec un mélange de feuillus : analyse pédologique, jalonnement (faire les lignes) , reconnaissance des plants sans feuilles, plantation, pose de protections.

Merci à l’équipe cuisine pour les repas sur le terrain et les thermos de café qui étaient plus que bienvenus !

Les enseignants techniques forêt

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Les Badges numériques

Openbadge ou badge numérique : l’avenir de votre CV

Un badge numérique est un outil numérique qui peut valoriser ou attester « toutes sortes de choses », informellement, par exemple avoir acquis une connaissance en participant a un événement comme la création d’un badge. Il nous est alors possible d’acquérir un badge « J’ai créé mon premier Openbadge », qui atteste que nous savons en concevoir un. On peut ensuite mettre des badges dans un CV pour montrer que l’on a fait quelque chose ou que l’on a une certaine compétence non valorisable via un diplôme. N’importe qui peut créer un badge, il est possible « d’approuver » un badge via l’endossement. Après avoir endossé le badge d’une personne votre nom apparaîtra avec celui-ci, ce qui montre votre approbation pour le badge. Ils peuvent être utilisés sur un CV et, sont également accessibles sur le site officiel du site  »Openbadge ». Étant donné leurs formes les badges ont une durée quasi illimitée (tant qu’ils ont une utilité).

Cet article a été réalisé par Noam Petit et Matteo Aubert dans le cadre du projet Reporters Normandie Jeunes.

Publié dans Journal des élèves | Laisser un commentaire

L’intérêt de l’informatique dans les lycées agricoles

Découvrez l’évolution du numérique et des badges dans les établissements agricoles avec Philippe Petitqueux, Délégué Régional au numérique.

Philippe Petitqueux

Pouvez-vous nous expliquer votre métier et ce que sont les TICE ?

Je suis Délégué Régional au Numérique et j’accompagne les établissements de l’enseignement agricole dans leur projet autour du numérique et de l’innovation pédagogique. J’apporte des conseils et de la formation pour utiliser le numérique dans les pratiques et dans la pédagogie. Par exemple, comment utiliser un téléphone portable dans un cours ? Quels sont les risques et les avantages ? Les TICE ce sont les Technologies de l’Information et de la Communication pour l’Education. Aujourd’hui, on parle plutôt de numérique.

Depuis combien de temps faites-vous ce métier ? Quelles évolutions, améliorations et grands changements avez-vous observés ?

Je fais ce travail depuis 2010. Avant, j’étais enseignant technologie et multimédia au lycée agricole de Chambray. Au début des années 2000, j’aidais les informaticiens des lycées agricoles à monter leur serveur informatique.Aujourd’hui, mon métier est de moins en moins dans l’accompagnement technologique et plus axé sur les usages du numérique. Cela va très très vite. C’est déstabilisant pour les enseignants car il y a des nouveautés tout le temps et cela les oblige à se placer dans une logique de développement personnel.

Quel est le projet de développement des badges numériques ?

Si l’on parle de l’enseignement agricole, la Direction Générale de l’Enseignement et de la Recherche nous soutient dans la démarche. On va « badger » le Salon de l’Agriculture avec le concours de TNELA, qui consiste à soigner et présenter une vache. Il y a des animations que l’on pourra retrouver grâce aux badges numériques. Pour le moment, les badges numériques sont plutôt normands, mais ils se développent de plus en plus dans les lycée agricoles.

 

Propos reccuillis par Mattéo Aubert, Thomas Poulain, Romain Thiébault, Noam Petit, Sacha Maret, Quentin Vervaecke et retranscris par Grégoire Douté,

dans le cadre du projet Reporters Normandie jeunes

 

 

Publié dans Journal des élèves | Laisser un commentaire

La cafet’: chacun ses solutions, chacun sa gestion

Reportage sur l’atelier de  mise en commun sur le fonctionnement et la gestion du bar dans les différents lycées agricoles en Normandie. L’idée est de savoir comment fonctionne chaque ALESA

Dans certains établissements le bar est indépendant et dans d’autres il est dans le foyer. Le foyer est un lieu convivial dans lequel on peut se rassembler et c’est aussi une salle de jeux dans laquelle il y a par exemple, un baby foot, des jeux de cartes, un billard… Ces jeux sont soit achetés par l’ALESA soit loués par une entreprise de location spécialisée.

Dessin de Quentin Vervaecke

Les ALESA donnent un fond de caisse à l’équipe bar en début de chaque semaine. Selon les établissements le fond de caisse varie entre 15 et 130 euros.

Concernant les stocks de friandises et de boissons (froides et chaudes), l’équipe bar fait les comptes une ou deux fois par semaine et renouvellent les stocks au fur et à mesure en fonction de l’argent gagné. Le rythme change dans chaque établissement. Même s’il n’y a pas beaucoup de vols, l’argent est enfermé dans un coffre, à code ou à clef, remis directement au CPE et les stocks sont dans un local également fermé. Chaque lycée à son fonctionnement. Par exemple, au lycée d’Yvetot, ils ont mis en place un distributeur de boissons et de friandises et chez nous à Envermeu, la vente se fait « par la fenêtre », les élèves étant à l’extérieur.

 

Article réalisé par Sacha MARET et Quentin VERVAECKE

dans le cadre du projet Reporters Normandie Jeunes

 

Publié dans Journal des élèves | Laisser un commentaire

Point de vue d’un professeur d’ESC sur l’ALESA

Interview de Mr Nicolas Rennes professeur d’Education SocioCulturelle au lycée Horticole d’Evreux

Quel est votre rôle au sein de l’ALESA ?

J’ai un rôle de conseil auprès des élus de l’association. Avec les autres enseignants, nous essayons de laisser le contrôle de l’association aux élèves mais nous sommes là pour leur apprendre comment la faire vivre.

Nicolas Rennes, Professeur d’éducation socio culturelle

Quelles évolutions observez-vous dans le fonctionnement de l’ALESA ?


Cela fait seulement 3 ans que j’enseigne dans cet établissement, je n’ai donc pas une grande expérience dans ce lycée. Mais auparavant j’étais dans deux autres établissements et je constate des différences avec le fonctionnement en CFA où les enseignants d’ESC n’ont pas de temps d’animation pour s’impliquer dans la gestion de l’ALESA contrairement au lycée dans lequel nous pouvons le faire. C’est plus compliqué dans un CFA où les élèves sont en alternance.

Quelles sont les activités proposées ?

Il y a les clubs comme les clubs vidéo, jeux… C’est ce qui se passe généralement au foyer. Il y a tout ce qui concerne les sorties culturelles et les sorties loisirs comme la patinoire, le paintball.

Y a-t-il des activités interdites ou refusées ?

Pas vraiment mais on manque de propositions. Avec le changement de bureau de l’ALESA on espère avoir davantage de propositions et d’implication des élèves. Généralement, les limites sont celles du budget. Par exemple, le karting ou l’Air Soft coûtent très chers.

Comment trouvez-vous les fonds ?

Généralement, ils viennent du bar et de la cafétéria. Parmi nos axes de développement, nous espérons avoir plus de trésorerie grâce au bar et plus de cotisations des élèves en augmentant le nombre d’adhérents. Ce sont beaucoup plus souvent les internes qui cotisent et qui participent mais dans notre établissement ils sont peu nombreux. Ils y a actuellement une quarantaine d’adhérents.

Quel est le montant de la cotisation ?

Depuis de nombreuses années, elle est à 15€. On pense l’augmenter.

L’augmentation du prix fera-t-elle baisser le nombre d’inscrits ?

Je ne sais pas mais c’est une réflexion en cours car il y a aussi la cotisation sportive pour les élèves. Cela fait donc deux adhésions à payer pour les élèves.

Publié dans Journal des élèves | Laisser un commentaire