Les portraits officiels des Présidents de la République Française : des indicateurs de l’évolution de la représentation du pouvoir

Posté le 26 août 2016 | Catégorie: Institutions politiques/vie politique

Réaliser le portrait officiel du président de la République est une tradition commencée en 1871 avec le premier président de la IIIe République, Adolphe Thiers. Ce portrait est réalisé au début de son mandat. Le portrait a une fonction importante. Il représente à la fois un homme et une fonction. Il véhicule une symbolique liée au pouvoir. Le portrait est fait pour être vu. Il est affiché dans les bâtiments publics en France, et notamment dans les 36000 hôtels de ville du pays. Aussi est-il important de se demander comment le portrait représente le président et quelle image il veut donner de celui-ci.

 

Charles de Gaulle (1959-1969)

Portrait 1

Le portrait est un portrait en couleur. Le général De Gaulle se tient debout dans la bibliothèque du palais de l’Elysée. La bibliothèque est un lieu de lecture et de réflexion mais aussi un lieu de mémoire. Le choix de ce cadre indique que la fonction présidentielle s’inscrit dans une tradition de pensée et d’action nourrie par la lecture des auteurs classiques. De Gaulle est vêtu d’un habit de cérémonie et porte les distinctions complètes du chef de l’État : Grands-croix de la Légion d’honneur et le collier de Grand Maître de l’Ordre de la Libération, dont il fut l’unique Grand Maître. Les épaulettes de son habit indiquent qu’il s’agit du costume cérémonie d’un officier. L’habit rappelle que de Gaulle est un militaire de carrière et qu’en tant que président il est le chef des armées. Les médailles rappellent qu’il a été le chef de la France Libre. La main droite repose sur deux livres épais. Peut être s’agit-il des ouvrages que De Gaulle a rédigés et notamment de ses Mémoires de guerre. Le port de De Gaulle est altier. Son regard porte au loin. Sa carrure est imposante. De Gaulle incarne une France qui veut jouer un grand rôle diplomatique dans le monde. Il incarne une conception forte du pouvoir exécutif.

 

Georges Pompidou (1969-1974)

Portrait 2

Le portrait de Georges Pompidou ressemble à celle de son prédécesseur. Il se tient dans le même lieu, porte une tenue identique à celle de Gaulle. Son regard porte toujours au loin. Seule différence : le président regarde cette fois-ci sur sa droite. Avec ce portrait, Georges Pompidou se présente comme le successeur de de Gaulle dont il a été le Premier ministre.

Valéry Giscard d’Estaing (1974-1981)

Portrait 3

Le portrait de Valéry Giscard d’Estaing rompt avec le classicisme de ses prédécesseurs. Sa forme est horizontale et non verticale. Les portraits précédents s’inséraient dans une tradition de portraits en pied qui remonte au roi de France. L’horizontalité offre une rupture et annonce une nouvelle forme de gouvernance. Valéry Giscard d’Estaing porte un costume de ville. Il est souriant et regarde devant lui, donnant l’impression de regarder les Français. Il ne pose pas dans la bibliothèque de l’Elysée. Il est représenté devant le drapeau de la France. La courbure des lignes indique un drapeau en mouvement. Le troisième président de la Ve République met en scène sa jeunesse et sa modernité qui ont été des thèmes importants de sa campagne présidentielle.

 

François Mitterrand (1981-1995)

Portrait 4

Ce portrait date du premier mandat de François Mitterrand. François Mitterrand est assis dans la bibliothèque de l’Elysée. Il tient ouvert dans ses mains un livre qui est Les Essais de Montaigne. Il porte un costume de ville. Il porte discrètement en décoration la légion d’honneur à sa boutonnière. Son portrait reprend des éléments modernes de celui de Valéry Giscard d’Estaing mais aussi des éléments plus traditionnels des portraits de Charles De Gaulle et de Georges Pompidou. Comme Giscard, il regarde les Français. Comme De Gaulle et Pompidou, il utilise la solennité de la bibliothèque pour rappeler l’importance de la fonction présidentielle. L’ouvrage ouvert est le symbole de la nouveauté de son mandat. S’il est le quatrième président de la Ve République, François Mitterrand en est le premier président socialiste. Par le livre ouvert, il montre son intérêt pour la réflexion et les Lettres. Il veut rattacher son action aux idées humanistes dont Montaigne. Une des premières lois de son mandat abolit la peine de mort.

 

Jacques Chirac (1995-2007)

Portrait 5

Le portrait de Jacques Chirac rompt également avec les portraits de ces prédécesseurs. Comme Giscard et Mitterrand, il porte un costume de ville. Mais contrairement à ses deux prédécesseurs, il porte une chemise bleue et non blanche. La couleur bleue est moins solennelle que la couleur blanche. Jacques Chirac veut rompre avec la tendance « monarchiste » de la fonction présidentielle. Il se tient debout, les mains derrières le dos. Cette position plus décontractée rompt avec la solennité de la fonction présidentielle. Jacques Chirac incarne un président sympathique et proche de ses électeurs. Il pose en extérieur, dans les jardins de l’Elysée. Il montre son attachement à la France rurale. S’il a été maire de Paris, il a également été député de Corrèze et ministre de l’agriculture. Il veut montrer qu’il n’est pas un président « enfermé » comme de Gaulle et Pompidou et qu’il est ancré dans le réel contrairement à Giscard.

 

Nicolas Sarkozy (2007-2012)

Portrait 6

Le portrait de Nicolas Sarkozy renoue avec le classicisme des portraits antérieurs. Le sixième président de la Ve République pose debout de 3/4, les bras le long du corps, dans la bibliothèque de l’Elysée. Comme Chirac dont il a été un des ministres, il porte une chemise bleue. Nicolas Sarkozy s’insère dans une tradition gaulliste et chiraquienne. Les drapeaux français et européen en arrière plan rappellent néanmoins que la fonction présidentielle a évolué depuis de Gaulle. Le président joue désormais un rôle de premier plan dans les institutions de l’Union Européenne. Nicolas Sarkozy assurera la présidence de l’Union européenne durant une partie de son mandat.

 

François Hollande (2012-?)

Portrait 7

Le portrait de François Hollande rompt avec celui de son prédécesseur. Comme Chirac, François Hollande pose dans les jardins de l’Elysée. L’arrière plan, légèrement surexposé, montre la façade du Palais sur laquelle flottent les drapeaux français et européen. Comme photographié sur le vif, le nouveau président de la République a l’air d’amorcer un mouvement du bras et de la jambe. En rompant avec les portraits figés de ses prédécesseurs, François Hollande veut incarner la France en mouvement tout en donnant une image de président « normal ». François Hollande renoue avec le port d’une chemise blanche. Il se rattache ainsi à François Mitterrand dont il a été un des conseillers.

Pour conclure, on peut dire que depuis Valéry Giscard d’Estaing en 1974, les portraits présidentiels ont subi des changements. Alternant et mélangeant le classicisme et la nouveauté, ces portraits définissent les idées de ces hommes, et l’image qu’ils se donnent en tant que présidents.

Jean-Marc et François Goglin

» Filed Under Institutions politiques/vie politique

Les commentaires sont clos.

  • Catégories

  • RSS Revue de presse internationale à réécouter

  • RSS Le Monde selon Hubert Védrine

  • RSS Le Monde selon Stéphane Rozès

    • Une erreur est survenue, le flux est probablement indisponible. Veuillez réessayer plus tard.
  • Haut | Rectorat de Rouen

    Copyright © 2018. BlochNotes utilise WordPress et est hébergé par le rectorat de Rouen | Design: www.YGoY.com | Traduction niss.fr