Lycéens des villes, lycéens des champs

Le blog littéraire des élèves du Lycée Jehan Ango de Dieppe

Lycéens des villes, lycéens des champs header image 2

Quand le Diable sortit de la salle de bains lu parAlex Poirier

22 mars 2016 · Pas de commentaire

téléchargement (1)Le livre « Quand le diable sortit de la salle de bain » a été écrit par Sophie Divry pour la rentrée littéraire de 2015, il a été édité par « Noir et Blanc ». Ce roman raconte l’histoire d’une jeune chômeuse, Sophie, qui vit dans un petit studio mal chauffé à Lyon et qui est dans l’écriture de son roman. Chômage, R.S.A, factures qui s’accumulent, pâtes ou riz à tous les repas, aucune sortie possible, aucun loisir, aucun homme et un ami, Hector, qui est dans la même situation qu’elle. Sophie survit grâce aux aides de l’État et de petites combines. Au fil du roman et de l’empêtrement de Sophie dans sa misère, l’héroïne va être également accompagnée de Lorchus, son démon personnel, qui, va entraîner Sophie dans les tentations les plus folles et va lui rendre la vie plus compliquée encore…

Tout d’abord, je n’ai pas aimé ce livre pour sa construction et son ton. Effectivement, Sophie Divry essaie de bouleverser les codes de l’écriture classique en faisant interagir des objets ou en écrivant des listes interminables par exemple. En faisant cela, Sophie Divry mélange deux registres littéraires : le genre réaliste avec la description à la première personne de la vie de Sophie et le genre fantastique avec l’apparition de Lorchus, un diable, au beau milieu de l’histoire.

Cette construction rend la lecture étrange et l’histoire complètement débridée, Nous pouvons relever «  a force d’exciter ma convoitise sur Internet, apparut Lorchus son démon personnel, spécialiste en tentations » p 109

Ensuite, je n’ai pas aimé les transitions entre chaque partie car cela m’a freiné dans ma lecture mais je trouve surtout que ces transitions en disent trop sur ce qui va se passer dans la partie à venir, De ce fait, j’ai trouvé que le suspense pour la suite du livre n’a pas été assez ménagé, Notamment dans la transition entre la deuxième et troisième partie, l’auteur dit que la vie de l’heroineer a la suite d’un événement inattendu mais longuement désiré.

Je cite « ou le TGV est le théâtre d’une incroyable rencontre, ou Hector obtient à ses dépend une nouvelle scène très pimentée, et ou l’héroïne verra sa vie basculer à la suite d’un événement inattendu mais longuement désiré » p 223

Enfin, je n’ai pas aimé ce roman à cause du thème de l’histoire, c’est à dire la misère et le chômage, qui, n’était pas attrayant à mes yeux, Ce thème choisi montre Sophie qui n’arrive pas a se nourrir convenablement et qui cherche des astuces pour gagner quelques malheureux euros. Le lecteur est vraiment plongé dans le monde du chômage, durant presque la totalité de l’histoire et je trouve cette période trop longue et ennuyeuse. Cela me donne même envie de renommer le livre et de remplacer le titre existant par « les malheurs de Sophie ». Pour conclure, je peux dire que je n’ai pas aimé ce livre à cause de sa construction pas assez structurée, trop fantaisiste et personnelle à mon goût, mais aussi à cause du suspense qui n’a pas été assez ménagé à mes yeux avec les transitions entre les différentes parties et enfin le thème du chômage qui ne m’a pas attiré,téléchargement (2)

Catégorie : Quand le Diable sortit de la salle de bains - Sophie Divry