La recherche sur internet et la veille informationnelle

CloudVeilleFred

Internet est un système mondial d’échange de documents électroniques : textes, fichiers, images, sons et séquences audiovisuelles. C’est l’alliance de l’informatique et des télécommunications. Les informations présentes sur ce réseau sont accessibles à partir de « lieux » que l’on appelle les sites Internet.

Après une rapide présentation de ce qu’est la recherche sur internet, nous nous intéresserons aux outils nécessaires à l’organisation d’une veille informationnelle,  puis nous nous interrogerons sur les usages et les intérêts pédagogiques de la recherche sur internet et de la veille informationnelle.

 

I-     La recherche sur Internet

C’est dans les années 1990 qu’Internet s’est imposé au grand public grâce à un système de consultation aisé : le World Wide Web (www), plus souvent et plus simplement appelé web. Par millions, les utilisateurs d’ordinateurs équipés de modems ont découvert qu’ils pouvaient accéder à l’information désirée d’un simple clic de souris, et ce, dans la plus grande médiathèque du monde.

Rapidement, le nombre de sites internet et de données est devenu tellement considérable qu’il a fallut avoir recours à des outils spécifiques, tels que les moteurs de recherche, pour obtenir une réponse appropriée à une requête.
Les moteurs de recherche, assistés par des robots, scrutent l’intégralité du web. Le contenu des pages est analysé puis stocké par mots-clés dans de larges indexes pouvant contenir plus de mille milliards de pages. Les moteurs de recherche sont très utiles pour des recherches ponctuelles et à condition de savoir exactement ce que l’on cherche. De plus, il est à noter que les critères d’interrogations sont paramétrés de façon spécifique dans chaque moteur de recherche ; ainsi, les résultats des requêtes peuvent varier d’un moteur à l’autre même si les mêmes mots-clés ont été utilisés pour la recherche.

Le moteur de recherche le plus utilisé actuellement est Google ; créé en 1998, il s’est rapidement imposé face à ses concurrents.

Cependant, les moteurs de recherche, bien que pratiques, ne filtrent pas toujours les informations les plus pertinentes, c’est pourquoi la mise en place d’une veille informationnelle est parfois nécessaire. 

 

II-   La veille informationnelle. 

« La veille informationnelle est l’ensemble des stratégies mises en place pour rester informé, en y consacrant le moins d’effort possible en utilisant des processus de signalement automatisés »
Jean-Pierre Lardy – URFIST Lyon.    

2.1.   Une veille informationnelle, pour quoi faire ?

Il existe de nombreuses raisons de vouloir faire de la veille informationnelle que ce soit à titre personnel ou à titre professionnel ; en voici quelques unes :

    • Anticiper le changement, repérer les opportunités et détecter les menaces (veille concurrentielle).
    • Surveiller sa e-réputation : ceci est valable pour les individus comme pour les entreprises (un hôtel trop souvent mal noté sur tripadvisor.fr perd des clients !)
    • Rester « éveillé » : il peut s’agir de simple curiosité pour les individus, ou d’une forme de formation continue pour les professionnels (veille technologique).

Le développement des nouvelles technologies de l’information et de la communication et particulièrement de l’internet a fait très nettement évoluer la veille informationnelle en permettant de collecter et traiter aisément un grand nombre d’informations. Toutefois, cette veille doit être organisée afin d’être efficace. Cette organisation nécessite une analyse préalable des besoins afin d’utiliser les outils et méthodes qui conviennent.

2.2.   Le cycle de la veille informationnelle.

 CycleVeilleFred

 

2.3.   Outils et méthodes pour l’organisation d’une veille informationnelle.

Il existe deux méthodes pour la veille informationnelle : le push et le pull. Ce sont des méthodes complémentaires qui nécessitent avant tout un travail de « sourcing » c’est à dire une étude préalable des sources qui seront utilisées.

La méthode pull :

C’est la méthode classique d’utilisation de l’internet ; l’internaute fait régulièrement les mêmes recherches sur les mêmes sites internet et en extrait les informations récentes qui l’intéressent.

C’est une méthode de recherche manuelle, elle est utilisée principalement pour des recherches sur les bases de données ou les sites qui ne permettent pas d’automatiser la recherche.

Les outils utilisés dans ce type de veille sont :

    • Les moteurs de recherche (Google, Yahoo…)
    • Les bases de données,
    • Les sites de partage de signets (Pearltrees, delicious…)

Cette méthode permet un recueil d’informations pertinentes mais elle est chronophage et, dans la mesure où elle implique que l’utilisateur fasse la démarche d’aller chercher l’information, il y a toujours le risque d’une veille irrégulière.

La méthode push :

Ici, l’information vient à l’usager qui a auparavant sélectionné des critères de recherche (mots clés par exemple), il ne lui reste alors qu’à étudier et trier les données qui lui parviennent. 

Les outils utilisés dans ce type de veille sont :

    • Les alertes par courriel (Google alertes…),
    • Les abonnements à des newsletters,
    • Les blogs et autres wikis…
    • Les agrégateurs de flux RSS tels que Netvibes. (Les fils RSS signalent les nouveautés d’un site et accélèrent l’accès au contenu du site).  

Cette méthode permet un gain de temps important, et possède l’intérêt de pouvoir être utilisée de façon « nomade » grâce aux smartphones ou PDA (réception de mails ou d’alertes). La recherche étant automatisée elle est régulière et continue, mais le risque est de se trouver face à un « trop plein » d’informations.

 

III- Usages et intérêts pédagogiques.

TabletteClasse

3.1.   Côté élèves.

Dans le socle commun, l’une des sept compétences est la suivante : « La maîtrise des techniques usuelles de l’information et de la communication : chaque élève apprend à faire un usage responsable des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC). A l’école et au collège, le Brevet Informatique et Internet (B2i) confirme la maîtrise des techniques ». Il est également précisé ceci : « la culture numérique implique l’usage sûr et critique des techniques de la société de l’information… Ces techniques font souvent l’objet d’un apprentissage empirique hors de l’École. Il appartient néanmoins à celle-ci de faire acquérir à chaque élève un ensemble de compétences lui permettant de les utiliser de façon réfléchie et plus efficaces ».

Au cours des enseignements, les élèves vont acquérir nombre de connaissances, capacités, et aptitudes, dans le domaine des TIC. C’est dans cette optique que nous allons aborder les intérêts pédagogiques de la veille informationnelle.

Une veille informationnelle est une activité continue et itérative qui permet de récolter des informations. Cette récolte d’informations se fait à travers l’utilisation d’ordinateurs ou de tablettes dès le primaire et se poursuit dans le secondaire.

Selon le site eduscol.fr, ces nouvelles technologies impactent divers domaines :

    • l’habilité à écrire,
    • la créativité,
    • la communication et le travail d’équipe,
    • les méthodes de travail efficaces,
    • le jugement critique.

L’acquisition de l’écriture constitue un élément de réussite scolaire. On peut se poser la question suivante : quelle est l’influence des TIC sur l’écriture ? Lorsqu’un élève utilise un ordinateur, un correcteur orthographique va corriger systématiquement les fautes de cet élève en soulignant ces fautes. L’élève devra alors modifier l’orthographe de ces mots, qu’il mémorisera. Il est à noter également que l’ordinateur rend l’écriture accessible à tous les élèves, même ceux qui ont des difficultés de graphie (les élèves dyspraxiques ou dysgraphiques par exemple). L’ordinateur va augmenter le sentiment de compétence chez l’élève qui va prendre confiance : l’écriture et la qualité de l’écriture ne sont plus des barrières.

Les élèves innovent dans leur façon de travailler grâce aux grandes possibilités proposées par les nouvelles technologies de l’information et de la communication. L’utilisation de l’internet, alliée à la curiosité et à l’imagination des élèves ainsi qu’au développement de la communication et des outils d’échanges, favorise la créativité et le travail d’équipe. La pédagogie doit alors s’attacher à développer la culture de la participation, du partage et de l’évaluation par les pairs.
Cette « innovation créative » est l’un des objectifs du socle commun mais elle ne doit pas se limiter aux arts visuels, à la musique ou au théâtre ; elle peut s’appliquer, de façon transversale, à tous les domaines de la connaissance et à toutes les matières scolaires. Les recherches sur internet demandées aux élèves peuvent donc être diverses et variées : tous les sujets peuvent être envisagés par l’enseignant que ce soit pour des recherches ponctuelles ou pour un travail de plus longue haleine qui exigera une veille informationnelle. Ce sera, de plus, l’occasion pour les élèves de constater la pluralité des supports présents sur l’internet (articles, dictionnaires, sites officiels, images, vidéos…)

Le gain de temps et l’optimisation du travail est une préoccupation dans l’enseignement comme ailleurs. Une séance d’enseignement peut prendre plus de temps que prévu. Les TIC vont permettre à l’enseignant de rendre le travail plus efficace, et ce, sur une durée plus courte.

Pour les élèves, l’immédiateté de l’accès à l’information est un atout : la recherche grâce aux moteurs de recherche est fluide, rapide et attrayante. Chaque élève devra acquérir une méthode pour chercher des informations de manière efficace mais surtout pertinente. Ils devront veiller à ne pas se contenter des premières informations qu’ils trouveront et à faire preuve d’esprit critique quant aux résultats de leurs recherches afin de les valider et de pouvoir les exploiter. L’enseignant s’assure alors de l’acquisition des savoirs, savoirs faire et savoirs être définis dans les programmes officiels.

3.2.   Côté enseignant.

L’objectif du professeur des écoles en matière de recherche sur internet et de veille informationnelle est d’enseigner aux élèves une méthode qui leur permettra d’effectuer leurs recherches de façon rapide mais avant tout pertinente. Il devra donc leur enseigner l’utilisation des outils dont ils disposent mais également les orienter dans le développement de leur esprit critique.

L’enseignant peut lui-même utiliser internet pour la préparation de ses cours. Ses séquences d’enseignement peuvent être agrémentées de divers documents trouvés sur internet. Le développement des TIC et de leur facilité d’utilisation favorise les échanges entre professeurs (par le biais de blogs notamment).  Attention cependant à la qualité des informations trouvées sur internet : il existe pléthore de sites consacrés à l’enseignement primaire mais tous ne sont pas adaptés aux programmes : on trouve par exemple sur certains sites des liens vers des exercices de mathématiques mais, ceux-ci provenant de sites anglais, ils ont été élaborés selon une méthode d’enseignement qui n’est pas celle qui est préconisée en France ce qui peut être source de confusion et de mauvais apprentissage pour les élèves.

Toutefois, une bonne veille informationnelle permet à l’enseignant de se tenir informé sur les nombreux domaines qui font son quotidien professionnel : les Nouvelles Technologies Educatives (NTE), le bulletin hebdomadaire de l’éducation nationale… Il pourra pour cela utiliser les outils et méthodes cités précédemment (newsletters,  flux RSS etc.). Certains sites tel que commun@utice sont dédiés à la veille pédagogique et peuvent être d’une aide précieuse (en ayant toutefois toujours à l’esprit la nécessité de vérifier et croiser les informations).

 

Conclusion

L’utilisation de l’internet, l’apprentissage de la recherche et de la veille informationnelle dès l’école primaire s’inscrit dans une dynamique de réussite professionnelle : ces technologies sont incontournables dans le monde du travail et la connaissance de leur usage est nécessaire. Il est donc primordial d’enseigner des méthodes de recherche aux élèves et de les aider à développer leur esprit critique vis-à-vis des résultats de leurs requêtes.

———————————————————————————————————-

Sitographie :
Pearltrees – Recherche sur internet et Veille informationnelle

Carnet de bord :
Recherche Et Veille Informationnelle

Membres du groupe :
Sandrine Martin-Owczarczak
Mylène Mismaque
Frédérique Péron-Rivière

Ce contenu a été publié dans La recherche sur internet et la veille informationnelle, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>