Mai 29 2010

IDD

Publié par

Potager paillé

Lucas au potager

NOTRE CANTINE BIO

Après avoir rédigé quelques lettres à M. Dru, notre chef d’établissement, notre cantine est devenue en partie bio. Cette semaine nous avons enfin pu manger un repas bio et nous avons remarqué des changements: les oeufs étaient plus jaunes, les yaourts plus savoureux, les pommes plus croquantes…

Les dames de la cantine et la gestionnaire ont mis au point un code de couleurs: sur les menus, les aliments bio sont inscrits en vert et les aliments du terroir ou issus de l’agriculture raisonnée sont en marron. Comme cela on sait ce qu’on mange et c’est plus facile de choisir.

J’ai aussi interviewé des professeurs, des élèves et des parents d’élèves pour savoir ce qu’ils pensaient de cette nouvelle façon de manger:

Cécile Debaut, parent d’élèves, pense que cela peut être bien à condition que les repas soient variés, bien préparés et équilibrés. Elle trouve que cela pourrait aussi être intéressant de faire découvrir de nouvelles saveurs, ce que demandent d’ailleurs de nombreux élèves.

Adèle Debaut

Grande nouvelle !

Après un travail de longue haleine qui a été le thème de la première partie de notre itinéraire de découvertes, notre cantine commence à devenir bio ! Notre chef d’établissement, M. Dru, nous a annoncé aujourd’hui que dorénavant, des fruits et légumes bio ou du terroir (agriculture raisonnée en production locale) seraient intégrés systématiquement à nos repas. Il travaille actuellement sur la possibilité d’avoir des laitages et de la viande dans les mêmes conditions. Selon lui, il serait possible d’intégrer des laitages très rapidement, c’est une histoire de quelques semaines tout au plus. De notre côté, nous travaillons sans relâche car notre souhait le plus cher est que la cantine devienne complètement bio !

Simon Lefebvre, Thibault Duhamel, 5è3

QUELQUES RAISONS POUR MANGER BIO

Quand on est malade, on guérit plus facilement en mangeant des produits bio frais qu’avec des médicaments chimiques qui peuvent être cancérigènes.

Les pesticides sont cancérigènes et rendent stériles (impossibilité de se reproduire) les terres et les êtres vivants. Si on arrêtait les pesticides, il faudrait sept siècles pour qu’elle redevienne vivante comme autrefois!

Les produits bio possèdent beaucoup d’anti-oxydants qui permettent de renforcer les défenses immunitaires et qui ralentissent le vieillissement des cellules.

Quand on achète bio, on sait que sa production a été respectueuse de la nature. Si en plus, c’est un produit local et de saison, on sait que son transport et sa culture ont été économes en énergie, ce qui permet de limiter l’effet de serre.

Les aliments bio sont plus savoureux: les plantes ont eu le temps de pousser dans une terre qui n’est pas forcée, et sont issues de variétés sélectionnées pour leur goût et leur rusticité.

Le bio, c’est bon pour la santé : d’un côté des aliments naturels, de l’autre des aliments auxquels on a ajouté dès leur croissance des produits de synthèse dont on ne connaît pas encore tous les effets. C’est sûr, on retrouve parfois des résidus d’engrais ou de pesticides parce que l’eau des nappes phréatiques est d’ores et déjà polluée. Néanmoins, les produits bio ne sont pas traités, il y en aura donc beaucoup moins que dans un champ arrosé d’engrais et de pesticides.

Angélique Chauvin, 5°3

QUESTIONNAIRES ADRESSES AUX ELEVES

1/ Sais-tu ce qu’est le bio?

2/ Quel est ton repas préféré?

3/ Quels légumes aimes-tu?

4/ Est-ce que tu aimerais que la cantine devienne bio? Pourquoi?

5/ Quelle nourriture manges-tu chez toi (bio ou non, plats cuisinés maison, boîtes de conserve,…)?

Cultiver les légumes de son jardin

Nous sommes en 5è option développement durable. En début d’année, nous avons visité le parc Eana, nous avons eu des cours sur les OGM, les additifs alimentaires, la lecture des étiquettes et des codes barres. Nous avons regardé des extraits de reportage sur la malbouffe et sur les facteurs d’obésité. Et surtout, nous sommes allés voir Nos Enfants nous accuseront de J.P Jaud au cinéma. Ce film nous a ouvert les yeux ! Il montre que les aliments que nous mangeons ont été traités aux pesticides et aux engrais ; certains sont même irradiés pour être conservés plus longtemps ! Tout ceci est très mauvais pour la santé : même si les polluants sont inférieurs à la norme individuellement, on sait maintenant qu’un polluant ne chasse pas l’autre : ils s’additionnent et causent donc des maladies comme le cancer. Comme dans le film, nous avons décidé de réagir en faisant un potager bio et en proposant que la cantine du collège devienne bio car nous voulons manger de la nourriture saine.

Notre potager

Nous avons commencé par mettre du fumier de cheval que nous avions récupéré au centre équestre de la Scie. Puis, on a bâché. Les vers de terre feront le travail, et nous n’aurons pas besoin de beaucoup bêcher.

Notre projet a été sélectionné par Cardere, une association qui s’occupe de développement durable et qui reçoit des subventions de la région. Il est prévu que les animatrices viennent huit heures d’ici la fin de l’année.

Premier atelier :

Lors de la première visite, les animatrices, Chloé Destruel et Brigitte Dubot, ont amené des jeux : l’un d’entre eux concernait les nitrates et il y avait une manipulation à faire qui nous a beaucoup intéressés ; un autre consistait à acheter une liste de courses dans différents endroits (supermarché, magasin bio, producteur, etc), le but étant de constater les différences de prix. Un autre jeu permettait de travailler sur les repas dans le monde et montrait que tout le monde ne mange pas la même quantité de nourriture et que dans certains pays les gens ont très peu de moyens pour se nourrir.

Deuxième atelier :

Nous avons travaillé à partir de photos qui concernaient le développement durable. Nous avons appris que certaines plantes pouvaient repousser les insectes comme les œillets d’Inde ou les soucis. Chloé nous a dit que pour éviter les chenilles, on pouvait planter des capucines en dehors du potager. C’était une manière pacifique de protéger nos plantations. Nous avons également travaillé sur le purin d’ortie et le compost, qui sont des engrais naturels.

Troisième atelier :

Chloé nous a demandé de réfléchir et de lister les insectes et les plantes que l’on pouvait trouver à côté du potager. Nous sommes ensuite allés vérifier et nous avons bêché. Puis, nous avons fait un plan du jardin pour voir ce que nous devions planter et nous avons réfléchi à ce que chacun pourrait ramener comme graines ou fruitiers.

Le quatrième atelier aura lieu plus tard dans l’année.

Mme Bauters, notre professeur de sciences physiques, nous a donné une méthode de recyclage des bouteilles plastiques qui permet d’accélérer la germination des graines. Ensuite nous avons fait un planning pour voir quand nous démarrerions les semences et quand nous les amènerions au collège pour les planter. Nous avons partagé les graines.

Nous avons hâte de débuter nos premières plantations et nous aimerions proposer une dégustation bio à nos parents lorsque nous ferons notre fête du bio en fin d’année scolaire.

Robin Castel, Benjamin Chandelier, Bénédicte Jeandin, Timothé Picquet, Anne-Claire Raoul, Amandine Specht, 5è3

La cantine bio

Pour que notre projet puisse voir le jour, nous avons créé des questionnaires pour les parents et pour les élèves, pour savoir s’ils seraient favorables à une cantine bio. On appelle cela « un audit ». La majorité des personnes interrogées est favorable et trouve que notre idée est intéressante. Nous avons ensuite cherché différents fournisseurs et nous avons comparé les prix car le ticket de cantine ne doit pas augmenter. Nous avons transmis les fournisseurs les plus intéressants au chef d’établissement pour qu’il puisse organiser une réunion avec l’intendante et les dames de la cuisine. Nous avons aussi demandé à ce que ces dernières listent les machines dont elles avaient besoin afin de ne pas trop augmenter leur charge de travail. Si la cantine ne peut au départ être totalement bio, nous aimerions au moins que les aliments bio soient introduits progressivement. Nous espérons de tout cœur que notre projet sera accepté. N’est-ce pas le rôle de l’école que de protéger la santé des enfants qu’elle accueille ?

Emilie Benet-Vue, Angélique Chauvin,

Doriane Langlois, Marjorie Monteiro, 5è3
__________________________________________________

SORTIE AU PARC EANA

En arrivant, nous avons regardé un film sur la création de l’univers et l’évolution des espèces. Ensuite, nous avons visité différents jardins:

le jardin des plantes préhistoriques avec des fougères et des épicéas;

les jardin des plantes aromatiques et des plantes médicinales (ex: ail);

le jardin potager (ex: des choux);

le jardin d’Asie (ex: des bambous);

le jardin d’Afrique (ex: des palmiers, pastèques, coloquintes, gombos,…. Ces plantes sont arrivées en Europe au XIVè siècle!);

Le jardin d’Amérique (ex: le maïs, la pomme de terre, les haricots, le potiron,…qui sont arrivés en France au XVIè siècle!);

le jardin d’Océanie (eucalyptus, mimosa,…);

le jardin en liberté (celui des plantes sauvages…);

le jardin des plantes assainissantes. Ce sont des plantes dépolluantes (iris d’eau, saule pour éliminer les métaux lourds, joncs, nénuphars,…). Pour nettoyer l’eau, il faut neuf bassins avec à chaque fois certaines plantes filtrantes et nettoyantes.

Nous sommes allés dans la grande halle (construite en HQE, haute qualité technologique) regarder un film sur les différentes façons de fabriquer des objets (artisanales, industrielles,…), puis nous sommes allés lire des panneaux de 10 entreprises qui font attention au développement durable (ARKEM, la Poste, QUILLE, SUEZ, Véolia, GDF Suez, Natura, Provamel, ESA et le CNES) et qui cherchent à mettre sur le marché des nouveaux produits. Il fallait voter pour la meilleure invention.

Nous sommes ensuite montés à l’étage faire un atelier sur les énergies renouvelables. Il fallait faire une maquette et défendre notre produit au congrès des maires.

Nous sommes allés pique-niquer sur la pelouse.

L’après-midi, nous avons visité de nouveaux jardins:

le jardin au fil de l’eau où se trouvaient différents jeux avec de l’air et de l’eau;

le jardin de rosée présente un système permettant de réutiliser la rosée matinale, ce qui peut être très utile dans les pays désertiques;

le jardin textile et tinctorial où se trouvaient des fleurs qui servent à teindre les tissus:

le jaune: la tanaisie, la verge d’or, le tournesol;

le blanc: le lin;

le rouge: la caille de lait blanc ou jaune, le coquelicot;

le bleu: la pastel du teinturier, le sureau noir;

le beige: le chêne;

le jaune ou le vert: le bouleau.

nous avons ensuite regardé un film qui expliquait qu’on est de plus en plus nombreux sur Terre. Pour pouvoir tous manger, il est important de préserver nos ressources et de ne pas les abimer;

nous avons ensuite vu un film sur les catastrophes naturelles et comment indirectement, l’homme les provoquait;

enfin nous avons fait quelques jeux dans la grande halle sur la préservation des ressources.

Nous avons appris plein de choses intéressantes. C’était une bonne journée.

Emilie Bénard et Adèle Debaut, 5/3

_________________________________________________________

Correspondants du Nunavut

Nous avons travaillé sur un devoir d’expression écrite dans lequel nous devions réaliser des carnets de route et imaginer que nous étions des explorateurs polaires. Notre professeur de français nous a fait tirer au sort et a partagé la classe en quatre régions polaires. Ceux qui ont travaillé sur le Canada ont eu la chance d’avoir des correspondants inuit.

Ils ont donc reçu un colis mardi, dans lequel il y avait des lettres et des cadeaux : des photos, un mug d’Umiujaq leur village, une jolie poupée Nuuq, fabriquée par Jeannie, une des élèves et deux DVD : l’un sur les jeux olympiques qu’ils avaient créés dans leur école et l’autre sur leur région, le Nunavut, c’était magnifique !

Pour gagner du temps, nous allons leur répondre par mail et on leur enverra un colis de douceurs normandes dès lundi.

Nous sommes vraiment heureux d’avoir des correspondants car nous pourrons avoir de nouveaux amis, découvrir une nouvelle culture que nous connaissons encore trop peu. Les élèves qui n’ont pas eu de correspondants veulent préparer une interview qu’on leur enverra et que nous mettrons ensuite en ligne. Nous sommes enchantés de cette nouvelle amitié, à tel point qu’on veut tous leur envoyer un petit souvenir.

Cindy Omont, Angélique Chauvin, 5°3

3 responses so far

3 Responses pour “IDD”

  1. ktm le 01 Juin 2010 à 17:21

    Coucou les Gens

    Il est vraiment trop bien ce site, et le jardin est une réussite pour nous, je n’aurais pas cru que l’on aurait pu autant faire une si belle oeuvre XD .

  2. Ma Cantine Bio le 05 Juin 2010 à 21:22

    Bravo les enfants pour votre initiative en faveur du bio et plus particulièrement du bio à la cantine. Vous avez tout compris quand vous dites que le bio c’est mieux pour le santé et pour l’environnement.
    Avez-vous envisagé de créer un compost pour récupérer les déchets organiques de la cantine?
    Si vous voulez en savoir plus sur le sujet, vous pouvez vous rendre sur mon blog:
    http://macantinebio.wordpress.com/
    A bientôt.

  3. Specht Amandine le 05 Jan 2011 à 9:58

    Une Superbe année ! On s’amusait bien mais maintenant ça a bien changé mais ça continue ! =)

    Doriane Et Amandine ! =P

Comments RSS

Ecrire une réponse

*