Déc 17 2013

Max le sauveteur

Publié par

Pendant les vacances d’hiver, Max, sept ans, était sur les pistes de ski de Val d’Isère avec son père, Patrick, qu’il ne quittait jamais. Il aimait sauver des vies et jouer au garçon sauveteur avec les personnes en détresse dans les crevasses et sur les pistes. Ce qu’il aimait par-dessus tout, c’était la prise de risques et bien sûr les promenades entre les sapins enneigés.

Le deux janvier au matin, Patrick avait été appelé sur un accident de ski, une jeune femme était tombée dans un ravin. Patrick appela le jeune Max pour aller sur le point de mission. Celui-ci suivit docilement Patrick.

Une fois arrivé sur les lieux, Max se rappela des gestes à accomplir et les exécuta sans plus attendre. Pendant que son père prenait la civière, Max ouvrit sa trousse de soins et prit une perfusion. Les secours de haute-montagne arrivèrent et prirent en charge la jeune femme par hélicoptère. Max et Patrick furent chargés de raccompagner les proches de la victime dans le logement que la famille avait loué. On fit l’éloge de l’efficacité de Max. En rentrant au poste de secours, Max avala à grande gorgée de l’eau que Séverine, la femme de Patrick, lui proposa. Dans la journée, les deux complices furent appelés sur plusieurs missions et le soir tous deux étaient bien fatigués. Max eut l’autorisation de rester un peu avec Séverine et Patrick dans leur chambre. Il adorait se blottir sous la couette.

Le lendemain matin, le petit Max se réveilla en sursaut après avoir entendu la sonnerie stridente du poste de secours. Il prit son matériel habituel de soin et tout de suite fonça vers la motoneige la plus proche. Son père prit les commandes de l’engin et accéléra à en labourer la terre gelée. Heureusement, Max était attaché dans une sorte de panier, à l’arrière du véhicule. Pendant le trajet, Patrick disait à Max qu’un enfant semblait avoir fait une mauvaise chute en snowboard. Les deux complices arrivèrent sur le lieu de l’accident où un jeune homme poussait des cris à en renverser les montagnes, il semblait avoir une fracture du tibia. Max tendit à son père sa trousse de secours et Patrick fouilla dans la trousse pour ensuite trouver une dose de morphine afin d’apaiser la victime. Patrick en conclut que c’était bien une fracture du tibia gauche. Le jeune homme fut rapatrié avec la motoneige jusqu’au poste de secours qui se situait à un kilomètre de lieu de l’accident, le jeune homme fut pris en charge par d’autres médecins.

Quand Max eut fini sa journée, il s’aventura dans la cuisine et se précipita sur…

____________________________________________________________

 

No responses yet

Trackback URI | Comments RSS

Ecrire une réponse

*