Déc 17 2013

Le bord de mer

Publié par

Sept heures : la sonnerie du réveil de Paul retentit dans mes écouteurs. Je prends mes jumelles. Paul passe devant la baie vitrée de son appartement. Il embrasse sa femme. Peu de temps après, il sort de son immeuble. Filature jusqu’à son garage.

Entre deux moteurs à réparer, je le vois qui consulte son iphone. Je me connecte en piratant son proxy. Messages envoyés à Mathis, Nathan, Louis : « On se retrouve au bord de la mer. » L’affaire se précise. Mathis, le premier, appelle à Paul. Celui-ci décroche, après s’être essuyé les mains graisseuses avec un chiffon. Je capte leur conversation téléphonique. Mathis est d’accord, à condition de laisser sa compagne et son enfant en-dehors de l’histoire. Il se charge d’inciter Nathan à venir. Je vois un sourire s’esquisser sur les lèvres de Paul. Son plan fonctionne. Je me branche sur le portable de Mathis. Appel à Nathan : « On se voit au tournoi mercredi ? » Ils doivent parler du tournoi d’UNSS, ils s’y rendent une fois par mois. Depuis le temps que je les file, je commence à connaître leurs habitudes.

Le mercredi arrive. Ils sont tous les deux sur le terrain, avec leurs équipes. De la tribune, je les vois échanger quelques mots. Je lis sur les lèvres de Nathan : « Le bord de la mer…Je savais bien que cela finirait ainsi. » Ils ne se doutent pas que j’y serai, moi aussi. « Et Louis ? », demande Mathis. Haussement d’épaules. Ils ne doivent plus avoir de nouvelles de lui depuis belle lurette. Nathan se propose d’aller rendre visite aux parents de Louis.

Lui, c’est le dernier élément du groupe, peut-être le plus important. Je suis la voiture de Nathan. Peut-être qu’il me conduira à Louis. Sa voiture se gare à l’adresse des parents. Nathan sonne. Il découvre que vit là une autre famille que celle de Louis. Les nouveaux arrivants ont laissé le trampoline à la même place. Nathan s’y assied, l’air triste. Un ami d’enfance, cela ne s’oublie pas. Surtout pour aller au bord de mer….

No responses yet

Trackback URI | Comments RSS

Ecrire une réponse

*