Déc 17 2013

La troisième guerre mondiale

Publié par

C’était un Mercredi soir, je regardais la télévision, à l’heure des informations. On parlait de guerre, de la France, de la Russie. Des images terribles de défilés militaires. Allions-nous revivre ce que nos aïeuls avaient vécu durant les Première et Seconde guerres mondiales ? J’imaginais déjà le bruit des obus siffler à nos oreilles, les balles traverser le salon.

J’entendis alors une détonation. Quoi ? Déjà à notre porte, si tôt ? Je me recroquevillais dans le canapé, attentif aux moindres bruits. Soudain, une salve de mitraillette, des tirs saccadés qui firent trembler les vitres de la maison. Un mugissement soudain, comme une explosion d’obus. Un homme traversa le cadre, fauché en pleine course par une balle. Il cria des mots incompréhensibles, sans doute du russe. Ses vêtements étaient troués par le projectile, éclaboussés de sang. Je n’en croyais pas mes yeux. Le front était en Normandie ! Les Russes avaient débarqué ! Je tremblais.

Je vis mon grand frère sur le pas de la porte. Il allait sans doute rejoindre son amie, comme tous les jours à cette heure-là. «  Ne sors surtout pas, il y a la guerre dehors ! » Il haussa les épaules et me dit, sur un ton méprisant : «  Oh, arrête un peu ton cinéma, je ne risque rien. »

A peine fut-il sorti que résonnèrent deux coups de feu. Je paniquais de plus en plus, j’imaginais que mon frère avait été tué par l’armée russe, ou que, blessé, il était fait prisonnier. Dans ma tête, c’était le bazar. Encore une salve de mitraillette, plus proche. Les vitres tremblèrent pour de bon cette fois. Je poussai un hurlement. C’est alors que la porte s’ouvrit…

__________

 

No responses yet

Trackback URI | Comments RSS

Ecrire une réponse

*