Avr 01 2019

Une journée sur les traces de nos libérateurs

Publié par à 10 h 17 min dans Concours,Histoire-Géo.,PARCOURS CITOYEN

Le jeudi 21 Mars, les élèves de 3è B et 3è D, lauréates du concours Open Days organisé par la maison de l’Europe de l’Eure, se sont rendus sur les plages du débarquement sous la conduite de leur professeure d’histoire-géo Mme Hermeline. Après un réveil dès potron-minet et une pause petit-déj sur une aire d’autoroute, la visite des sites mémoriels débute par une séance au ciné 360° d’Arromanches : en 25 minutes, nous sommes plongés au cœur des événements qui se sont déroulés il y a 75 ans. Images d’assauts, d’armada, de destructions, de combats de la bataille de Normandie : 300 jours de lutte contre les Nazis : la libération de la France avait commencé. Après une photo de groupe sur la terrasse panoramique et une vue d’ensemble du port artificiel d’Arromanches, nous avons déjeuné sur la plage : face à nous les caissons Phénix recouverts par la marée haute. Après une séance de ricochets (Mme Gefflot a tenté de rivaliser avec Antoine notre recordman) et une photo de groupe autour d’une inscription dans le sable (voir photo), nous avons visité l’un des morceaux du Mur de l’Atlantique qui fut opérationnel le 6 Juin 44 : la batterie allemande de Longues-sur-mer : 3 des 4 canons des casemates sont encore intacts. Graffiti de croix de Lorraine, impact d’obus dans le béton… nous escaladons ces monticules de camouflage (Nathan s’en souvient encore alors qu’il voulait jouer les chevalier servant pour Dieynaba). Puis le moment de recueillement approche : entrée sur le site du cimetière américain de Colleville-sur-Mer au-dessus d’Omaha Beach, Omaha la sanglante : l’alignement des croix de marbre blanc, le tocsin de 15h00, la chapelle, le mur des disparus : tout renforce la solennité des lieux. On s’arrête devant quelques tombes : un mexicain, un soldat noir (alors que la ségrégation raciale est alors de mise aux USA), une femme, deux frères… Des destins, des médaillés, des héros… Une jeunesse venue mourir pour notre liberté : ils avaient entre 18 et 22 ans. La journée s’achève par la visite du cimetière allemand de la Cambe : atmosphère tout en contraste : deuil et sobriété, référence à la culture nordique… La folie d’une idéologie et d’un totalitarisme : plus de 21000 tombes ! Et les arbres de la paix tout autour : pour la réconciliation et qu’il n’y ait plus jamais la guerre si meurtrière !

Si les expressions : OK (zéro Kill), Jeep, Jerrycan… n’ont plus de secrets, si les plages du débarquement doivent être bientôt inscrites sur la liste du patrimoine mondiale de l’humanité, nous n’oublierons pas non plus le super-karaoké des profs dans la car sur le chemin du retour ! Une sortie mémorable !

 

Commentaires fermés sur Une journée sur les traces de nos libérateurs

Les commentaires sont maintenant fermés .