Mar 14 2013

Cyber-journal mars : les nouveaux articles.

Publié par à 14 h 59 min dans Cyber Journal

imagesL’aventure continue pour nos reporters et nos journalistes curieux ! En immersion à la caserne des pompiers, à la recherche des héros-ado (et oui il en existe), parcourez ces articles… On attend vos propositions d’articles (à remettre directement à Mme Hermeline).

La caserne des pompiers :

index2Jeudi dernier (le jeudi 7 mars), nous avons visité la caserne des pompiers de l’Eure avec un adjudant chef. Nous étions 20 élèves de 5ème accompagnés de M.Moison et d’une surveillante du collège. L’adjudant-chef nous a montré comment il recevait les appels de détresse. Il nous a expliqué que quand la sirène retentit, nous devions rentrer dans n’importe quel abri ou habitation et qu’il ne fallait pas appeler la caserne sinon les pompiers risquaient de manquer de réseau téléphonique pour transmettre les appels d’urgence. Ils nous ont présenté leur équipement qu’ils devaient être capable de mettre en 5 minutes en cas d’alerte à n’importe quelle heure du jour et de la nuit quand ils sont de garde. Il nous a ensuite montré les camions et les équipements de secours dont ils avaient besoin en intervention. index3Il nous a enfin expliqué que tous les sapeurs pompiers avaient un bip qui les alertait en cas d’intervention urgente qui leur montrait l’adresse de la rue où il y avait des victimes en danger ou un feu qui s’est propagé.

La devise des pompiers est : « sauver ou périr ».

Article de Morgan Raulin et Antoine Quoniam.

Le jeu des énigmes : devinettes : qui suis-je ?

images1) si vous m’approchez, je vous tue, mais sans moi vous ne pourriez vivre. qui suis-je?

2) Quand j’ai deux S on peut me manger quand on en retire un, on ne le peux plus. Qui suis-je ?

3) On me prend sans me toucher, qui suis-je ?

4) je rentre toujours la première et sors toujours la dernière, qui suis-je ?

5) Quel mot de 6 lettres comporte 5 voyelles différentes ?

6) On me trouve 3 fois dans l’année et pourtant 1 fois par semaine. Qui suis-je ?

7) Qu’est-ce que l’on met sur la table, qu’on coupe et qui ne se mange pas ?

8) J’ai 5 doigts, je ne suis ni d’os, ni de chair ? je suis ?

9) Avec les lettres de mon nom on peut écrire celui de ma maison. Qui suis-je ?

10) Hier je coulais, aujourd’hui je flotte, demain je disparais. Qui suis-je ?

11) Je bois de l’eau, mais je ne l’avale pas. Qui suis-je ?

12) Je suis toujours à l’abri, mais pourtant je suis toujours mouillée. Qui suis-je ?

13) Je suis loin et lorsqu’on s’approche de moi, je recule. Qui suis je ?

indexRéponses : 1) Le soleil

2) Un poisson

3) Une photographie

4) La clef

5) oiseau

6) Le J car dans la semaine il y a le J de jeudi et dans l’année il y a le J de janvier de juin et de juillet.

7) Le jeu de cartes

8) le gant

9) le chien (la niche)

10) un glaçon

11) l’éponge

12) la langue

13) l’horizon

Articles de Adel, Thomas et Benjamin, élèves de 6ème E

4 histoires extraordinaires d’enfants : (avec photos de statues qui leur sont dédiées)

hubert goffin bleuokMathieu Goffin : Les Goffin sont si pauvres que Mathieu 12 ans doit travailler pour nourrir ses frères : pour la première fois, il descend dans la mine avec son père et 150 autres mineurs. Après quelques heures de travail, le puits s’effondre ! L’enfant et les hommes sont bloqués au fond. Par manque d’air, leurs forces tombent rapidement. Ils sont prostrés, couchés par terre. Mathieu, le premier, réagit : saisissant son pic, il creuse la paroi éboulée de la galerie. Ses camarades se lèvent pour l’aider et tous se mettent à creuser, piocher, repousser la terre et les gravats. Pendant deux jours et deux nuits, Mathieu soutient leur courage et leurs efforts puis une équipe de sauveteurs les rejoint et les sauve ! Mathieu sortira le dernier une fois seulement que tous les hommes auront été recueillis sains et saufs.

images4Bayard : dès son plus jeune âge, Bayard monte à cheval comme aucun autre cavalier. Il est ainsi présenté au duc de Savoie qui l’engage comme page. A 12 ans, alors qu’il chevauche aux côtés du duc sur une route déserte, le cheval de son maître s’emballe. En tentant de l’arrêter, le duc tombe ! Il n’est plus retenu à sa monture que par son pied resté à l’étrier. Son corps traine par terre et sa tête cogne sur chaque caillou du chemin. Le cheval apeuré, redouble son galop. Bayard accélère l’allure et lancé au triple galop, parvient à quitter ses étriers, à se dresser sur sa selle puis à s’élancer sur le destrier du duc, qu’il arrête immédiatement, sauvant ainsi son maître d’une mort affreuse. Ainsi commença la vie exemplaire du « chevalier sans peur et sans reproche ».

index5Hans Brinker : Hans habite en Hollande, près de Haarlem. En se rendant à l’école, il longe les immenses digues de terre qui protègent son pays contre les vagues, le sol étant plus bas que le niveau de la mer. Un soir, en rentrant, Hans a son regard attiré par un endroit de la digue où l’eau suinte. Il s’approche. La terre a légèrement cédé sous la force de l’eau. Un trou s’est formé, encore petit, mais que la prochaine marée va agrandir jusqu’à briser toute la digue. Justement, l’eau monte, Hans appelle. Personne. Trop tard pour aller chercher du secours : l’eau est là ! Alors, avec son doigt, il bouche le trou. Il ne peut plus bouger. La nuit tombe. A 14 ans, c’est long une nuit et au XVIè siècle, des légendes étranges hantent la lande. Ce n’est que le lendemain matin qu’un passant découvre Hans, évanoui de peur et de fatigue et va chercher les secours. Par son courage et sa volonté, Hans vient de sauver son pays d’une destruction certaine.

Marcel Fraiche : mars 1943, Marcel a 13 ans. Il est en 4ème au lycée Montaigne. A Bordeaux, occupée par les Allemands, Marcel, volontaire et courageux, a rejoint le camp des résistants en secret, sans rien dire à ses parents ni à ses amis. Il est très actif, il sert d’estafette : il porte des messages. Puis, un jour, on lui demande en catastrophe de cacher 4 aviateurs anglais et américains qui ont dû sauter en parachute de leur bombardier en flammes au dessus de la Gironde. Marcel se décide pour la cave de sa maison, où il installe de nuit les 4 fugitifs. Sans allumer, ni faire aucun bruit, il passe la nuit avec eux. Soudain, un bruit et des voix qui viennent de l’autre côté de la cave où personne ne va jamais. Marcel a-t-il été découvert par les Allemands ? Marcel se décide à vendre chèrement sa vie et d’un coup de pied, il ouvre la porte et braque sa torche en criant : « les mains en l’air » ! Stupéfaction, c’est son père qui est là avec un officier anglais blessé qu’il cache. Marcel et son père étaient tous les deux résistants clandestins, tellement discrets qu’aucun des deux ne soupçonnait l’activité de l’autre !

Article d’élèves de 6èmes (Alexandre, Gabrielle et Elise).

Commentaires fermés sur Cyber-journal mars : les nouveaux articles.

Les commentaires sont maintenant fermés .