1. Les troubles DYS

Comprendre la dyspraxie

Vidéo d’explication, réalisée par Adrien Honnons (adrienhonnons.com),
avec le soutien de la revue ANAE (anae-revue.com) et ANAE formation

Extrait du site Integrascol :

C’est la manifestation d’une difficulté ou d’une impossibilité à automatiser les enchaînements moteurs qui se déclenchent normalement à l’évocation d’un but (par exemple faire ses nœuds de lacets). Cette absence d’automatisation est en relation avec une anomalie de fonctionnement de certains circuits cérébraux. Elle n’est pas due à un manque d’entraînement ou de motivation, ni exclusivement à un trouble déficitaire de l’attention ; elle entraîne lenteur et fatigabilité (et inattention secondaire), pour un résultat fluctuant, jugé décevant par l’enfant dyspraxique lui-même et par l’entourage. Elle empêche l’enfant de prêter de l’attention à une autre tâche en même temps, comme par exemple écouter l’enseignant pendant qu’on écrit.

La dyspraxie est appelée parfois selon les professionnels « Trouble de l’acquisition des coordinations ».

Elle ne s’explique ni par une atteinte motrice, ni par une déficience intellectuelle globale car le niveau de langage est bon, ni par un trouble de la personnalité ou par un trouble psychique. La dyspraxie a un retentissement important dans la vie de l’enfant ou du jeune et de sa famille, avec des réactions secondaires liées aux échecs répétés et aux difficultés scolaires, qui survient dès la maternelle en règle générale, malgré des capacités normales à classer, catégoriser, déduire, etc…

[youtube 93_XvFNzW40]

Présentation courte des dyspraxies par le Dr Alain Pouhet

Il existe différents types de dyspraxies. On distingue:
1. les dyspraxies gestuelles qui touchent les imitations de gestes, les gestes utilitaires avec ou sans outil, mais aussi l’habillage, les gestes du repas, et parfois aussi les enchaînements nécessaires au contrôle de la bouche, de la mastication et de la parole (ou praxies bucco-faciales)
2. les dyspraxies constructives qui entraînent une difficulté ou une incapacité à reconstituer un tout cohérent à partir d’éléments épars, soit dans l’espace comme dans les puzzles ou les constructions de cubes (en 3D), soit sur la page (en 2D) pour dessiner, relier des éléments (tableaux), tracer des lettres, disposer des opérations ou tracer des figures.

Deux cas de figure se présentent :
Soit le modèle visuel n’aide pas la réalisation, voire l’aggrave : c’est une dyspraxie constructive visuo-spatiale, les stratégies du regard et l’analyse visuo-spatiale qui permettent normalement de repérer des éléments dans l’espace ne sont pas fiables et rendent improbable la prise des renseignements.
Soit le modèle visuel aide à la réalisation : c’est une dyspraxie constructive non visuo-spatiale.

Cette distinction a une importance majeure pour le type d’aide le plus efficace à apporter : soutien verbal sans modèle visuel dans la dyspraxie constructive visuo-spatiale, modèle visuel et spatial dans le second cas.

Pour en savoir plus : Le site Integrascol

school (3)

Pour tous :

 

[youtube kCmy-vMYtGY]

Dyspraxique, simplement
Ce film présente des témoignages d’enfants et d’adultes dyspraxiques, de leurs familles et de professionnels.

Les commentaires sont fermés.

Motorisé par: Wordpress