1. Les troubles DYS

Comprendre la dyslexie

 

Vidéo d’explication, réalisée par Adrien Honnons (adrienhonnons.com),
avec le soutien de la revue ANAE (anae-revue.com) et ANAE formation

La dyslexie dont nous traitons ici est développementale : c’est un trouble qui concerne l’apprentissage du langage écrit (lecture et orthographe). Elle s’oppose à la dyslexie acquise, liée généralement à une lésion cérébrale.

La dyslexie est un trouble spécifique et durable de l’acquisition et de l’automatisation du langage écrit chez un enfant d’intelligence normale dont les difficultés ne peuvent être attribuées :

· à un déficit sensoriel (visuel ou auditif) ;

· à un trouble psychique ;

· à une carence environnementale et/ou scolaire ;

· à une lésion cérébrale.

C’est un trouble spécifique du langage écrit : les difficultés qu’a l’enfant concernent exclusivement le langage écrit (en opposition au langage oral). Cependant, l’adjectif «spécifique» est relativisé : en effet, l’enfant présente d’autres difficultés dans son développement, en amont et en aval du trouble du langage écrit.

C’est un trouble durable : les difficultés résistent à la rééducation, on ne guérit pas de la dyslexie.

La dyslexie n’est pas un retard dans l’apprentissage des mécanismes de la lecture : c’est le processus d’acquisition de l’écrit qui est désorganisé avec de véritables déviances.

[youtube Ff073_TyCmc]

Interview du Dr Jacques Boulloche, neuropédiatre du CH Jacques Monod au Havre
Extrait du film, les dys au Collège

Tout enfant qui lit et orthographie mal n’est donc pas nécessairement un enfant atteint de dyslexie. Parmi les 18 à 20% d’enfants « mauvais lecteurs / mauvais orthographieurs », un quart environ sont des enfants atteints de dyslexie.

Dans le cas d’une dyslexie, il y a déséquilibre entre les deux voies de lecture.

Pour lire, le normo-lecteur utilise la voie d’adressage et la voie d’assemblage (voir Les voies de lecture sur le site Dix sur Dys) ;
Le dyslexique n’automatise pas ces voies (soit l’une est privilégiée, soit les deux sont atteintes) (voir Les dyslexies)

« Après le début de l’apprentissage de la lecture au cours préparatoire, la dyslexie se manifeste par une mauvaise association entre graphèmes (signes écrits) et phonèmes (sons), ainsi que par une incapacité à saisir rapidement un mot dans sa globalité. L’enfant déchiffre lentement et fait des erreurs.
Entre 3 et 5 % des enfants seraient concernés.

Ce trouble est très souvent associé à la dysorthographie (difficulté à maitriser l’orthographe). D’ailleurs, on ignore s’il existe des formes de dysorthographie indépendantes de la dyslexie.

Ces dysfonctionnements sont souvent liés à un mauvais développement phonologique en amont de l’apprentissage de la lecture (difficultés à discriminer les sons proches, faible conscience phonologique) et/ou à des problèmes dans le traitement orthographique (confusions et inversion de lettres, mauvais codage de la position des lettres). 

Ces déficits entraînent une mauvaise connectivité au sein du réseau de la lecture, entre l’aire de la « forme visuelle des mots » située dans le lobe occipital temporal gauche et les aires du langage situées dans le lobe temporal (Wernicke) et frontal (Broca). »    

Extrait du site Inserm

Statistiquement tout enseignant a, chaque année, dans sa classe, 1 ou 2 enfants atteints d’un trouble spécifique du langage écrit. Le rapport de l »INSERM de 2007 signale que: « la dyslexie concerne au minimum entre 3 et 5 % d’enfants vers l’âge de 10 ans » soit « environ un quart des enfants présentant des difficultés en lecture ».

trombone

Pour les parents :

 

school(1)Pour les enseignants :

 

Les commentaires sont fermés.

Motorisé par: Wordpress