Mangez-vous bien à la cantine ?

Cela fait pas mal d’années que certains élèves mangent à la cantine et se plaignent de la nourriture et de l’ambiance. J’ai interviewé des demi-pensionnaires pour qu’ils me donnent leurs avis sur ce sujet. Les voici :

Premièrement, à la cantine, l’ambiance est fortement désagréable. Il y a beaucoup trop de bruit et des batailles de nourriture. Cela est insupportable pour les autres et même invivable pour certains.

Ex : « Il y a beaucoup trop de bruit, pas assez de places. La cantine est triste, on s’ennuie.  » (Victoria et Lucie), « Il y a des problèmes d’organisation. » (Colette), « Il y a des batailles de nourritures : les élèves se jettent des morceaux de pain. » (Erwin)

Deuxièmement, les demi-pensionnaires ne mangent pas à leur faim. Les premiers se servent un peu trop et ne laissent quasiment rien à ceux qui sont en bout de table. De plus, pour ce qui est des plats, certains se privent de manger car cela n’est pas bon. Les élèves aimeraient un service avec des plats au choix comme à Flunch où ils mangeraient à leur faim.

Ex : « Non, il n’y a pas assez de nourriture dans les assiettes, certaines personnes mangent plus que d’autres. » (Victoria et Lucie), « Il y a une injustices à propos des portions dans les assiettes et aussi une injustice pour les glaces. » (Colette), « Je suis tombée malade quand j’ai mangé à la cantine. » (Elsa)

Mais vous vous dites, pourquoi ne mangent-ils pas plutôt chez eux ? Souvent les demi-pensionnaires n’ont pas le choix.. Il serait donc judicieux de mener une petite enquête et de trouver une solution à ces problèmes.

B.V

Pose de panneaux dans le collège aux inter-étages

Vous l’aurez remarqué, des panneaux sont apparus entre le premier et le deuxième étage du collège. Y seront affichés les réalisations des élèves et/ou de classes sur des projets divers aussi bien artistiques, scientifiques que culturels.
Merci aux artisans de l’atelier pour ces réalisations et leur pose.

VIDE GRENIER 10-06-2017


La 19ème édition du traditionnel vide-grenier du collège se tiendra samedi 10 Juin 2017 dans la cour de l’établissement de 8h à 18h.
Au programme, vide-grenier, stands de jeux, animations, découverte de clubs, buvette et barbecue !
Venez nombreux.

Les inscriptions se font à l’accueil du collège ou par téléphone au 0235068560 (3 euros le mètre linéaire).

Concours de plaidoiries 2017

Qu’est-ce que c’est le concours de plaidoiries ?
Le concours de plaidoiries des lycéens s’est tenu le dimanche 12 mars au Casino de Dieppe.
Il a été organisé par la mairie et ce sont des élèves du lycée Ango qui y ont participé.
Cette année, il y avait une nouveauté : en plus du 1er jury composé de Sébastien Jumel, de Guillaume Mallaurie et des avocats du barreau de Dieppe, il y avait un 2ème jury : NOUS.

On était tous très stressé à l’idée d’être jury. Pour chacun de nous, c’était inhabituel et de plus c’était une responsabilité : il fallait choisir la meilleure plaidoirie ! On a pris beaucoup de plaisir à écouter et regarder. En plus, on était des VIP, on avait des sièges réservés, ouah !!

Les élèves du collège Camus ont récompensé la plaidoirie de Blanche Beugniez qui a été très appréciée et les adultes ont récompensé celle de Gaspard Drode (voir photo ci-dessous).

.

Notre Course Contre la Faim 2017

Vendredi 12 Mai : le matin les élèves de sixième et cinquième ont couru au stade Pierre Vain.
Madame Decharnia, professeure de français a organisé, avec l’association A.C.F : Action Contre la Faim, cette course pour récupérer de l’argent afin d ‘aider les enfants d’Éthiopie qui ont faim.
Nous avons trouvé des parrains qui ont promis un don pour chaque tour parcouru.

On portait les couleurs de l’Ethiopie : rouge, jaune , vert (tee-shirt, foulard, maquillage…)


Les 5ème3 ont lu nos textes et les leurs : poèmes sur la guerre et la faim en Éthiopie.

Les 6èmes ont commencé puis les 5èmes ont pris le départ.

Une fois notre course finie, on a rendu notre dossard et on nous a donné un ticket pour avoir un goûter.

Merci à tous nos supporters et nos généreux parrains !
Les 5°4

La Nintendo Switch

Dites moi, connaissez-vous la Nintendo Switch ?
Non, alors il est de mon devoir de vous l’expliquer.

Alors, c’est quoi la Nintendo Switch ?
La Nintendo Switch est la petite nouvelle de la grande famille Nintendo. Cette console est une console de salon fixe comme la PS4 mais elle est portative. Ceci est une sorte de fusion entre la Wii U et la Nintendo 3DS.

Elle se compose comment ?
Elle se compose de 4 parties :
– d’un socle qui permet de la connecter à la télé.
– d’une tablette qu’on peut emmener partout ou poser sur le socle.
– de manettes qui s’adaptent en fonction de si vous êtes gaucher ou droitier.
– de fils de branchement et le chargeur pour charger la tablette.

Pour quel public ?
Pour n’importe quel public. Pour les jeunes, les ados et pour les adultes. Sauf les bébés bien sur.

Est-elle sortie en France ?
Oui sa commercialisation a commencé depuis le 23 Mars 2017 à un prix juste. Inutile de vous dire que vos supers marchés habituels comme Auchan en possèdent.

Quels sont les nouveaux jeux ?
A ma connaissance il y a :
– 1, 2 Switch un jeu de famille ;
– Splatoon 2 pour « encrer un maximum de terrain » ;
– Zelda breath of the wild «  respirer le sauvage » ;
– Mario Odyssey «  it’s me, Mario » ;
– Mario Kart 8 deluxe « A vos carapaces !! » ;
– Just dance 2017 « enflammer la piste avec vos amis » ;
– Snipperclips « les deux font la paire » ;
Et encore plein d’autres encore !

B.V

visite du cimetière américain de Colleville-sur-Mer

Le cimetière américain de Colleville-sur-Mer que nous avons visité avant d’aller au mémorial de Caen est très impressionnant. A vue d’œil, on aurait pu croire voir des millions de soldats morts lors du débarquement du 6 juin de la seconde guerre mondiale.
Avant d’être créé, il y avait eu un autre cimetière provisoire, dit de Saint-Laurent, établi à proximité dès le 8 Juin 1944. Le cimetière américain officiel ne fut inauguré qu’en en 1956, soit onze ans après la seconde guerre mondiale. La guide qui nous a raconté en détails l’histoire du cimetière nous a fait remarquer qu’il y a 4 femmes enterrées dans ce cimetière dont une civile. Sur le monument, au-dessus de la liste des noms de soldats disparus, classés par ordre alphabétique, est inscrit une citation :
« Sur ce monument sont gravés les noms des combattants Américains qui, ayant fait à leur patrie le don de leur vie, reposent en des lieux inconnus. Ici leur monument, la Terre entière est leur sépulcre. Compagnons d’armes dont la dernière demeure est connue de Dieu seul. »
Ce lieu est appelé  »Jardin des disparus ».
Dans le cimetière, il y a 9388 personnes dont 307 inconnus et dont les 4 femmes. Ces personnes moururent le jour du débarquement ou plusieurs semaines plus tard en Normandie. Il y a trois types de tombes :
1-celle avec les nom, prénom, dates de naissance et de mort plus le grade du soldat (en forme de croix)
2-celle avec une phrase pour les inconnus
3-celle en forme d’étoile de David pour les soldats juifs

Notre impression en visitant ce cimetière fut l’émerveillement parce qu’on ne pensait pas qu’il y aurait autant de tombes.

Photographies : CoinCoin + site: Village et Terre de France .

D.G

Prêts à prendre la pose?


Mardi 2 mai après-midi, tout le collège sera déguisé et prêt à défiler sous les feux de la rampe!
Le FSE renouvelle l’expérience de l’année dernière. Deux prix seront décernés :
-Le prix du meilleur défilé avec, à la clef, des places de bowling pour chacun des élèves de la classe gagnante.
-Le prix de la meilleure photo de classe qui rapportera à chaque élève un tirage gratuit en grand format.

Rendez-vous à 13h45 et que les meilleurs gagnent!

A la découverte des fonds anciens

Ah ! Les fonds anciens, un endroit rempli d’ouvrages anciens. Indispensable pour ceux qui veulent faire un arbre généalogique !

Mais, est-ce qu’il y a un fonds ancien à Neuville ?

Non, il n’y en a pas à Neuville mais à Dieppe oui, mais pas seulement, il y en a un à Rouen, un à Caen, un à Toulouse, bref dans toutes les grandes villes.

Que trouve-t-on dans les fonds anciens ?

Il y a des actes de naissances, de mariages, de décès qui datent de 1839, de 1950 … qui sont inscrits dans les registres civils de leurs époques. Mais pas que, il y a aussi des manuscrits, des vieux livres, les plans de la ville … et plein d’autres choses encore que je ne peux citer.

Certes, à Dieppe mais où ?

A la bibliothèque Jean Renoir à Dieppe et dans toutes les bibliothèques.

Pouvons-nous les emprunter chez nous ?

Malheureusement non. Vu qu’ils sont très anciens, ces ouvrages, il faut en prendre un grand soin. On doit mettre des gants pour les manipuler.

B.V

Mais mais …. pourquoi Coincoin ?!?

Si jour et nuit vous ne cessez de vous demander : « M’enfin, pourquoi donc que ça s’appelle coincoin le journal du collège ? », cet article est pour vous car aujourd’hui, nous dévoilons tout.

Autrefois, au cours du XVIIIème siècle à dire vrai, le mot canard a servi à désigner autre chose que le palmipède dont on aime le foie. Il désignait les journaux en langage familier (argot).
Notre coincoin est donc un canard donc un journal !
Pourquoi Coincoin, car c’est le cri de l’animal selon les français, quack quack pour les anglais, etc. et que l’animal a une bien grande bouche ! comme nous …
Enfin, un Coincoin de bain, ça nous fait tous rêver.

ps : Dites coincoin et vous verrez à quel point il est amusant à dire ce mot.

La musique savante s’invite au collège CAMUS

Mercredi dernier, les élèves du collège Camus à Neuville les Dieppe ont eu le privilège de faire la rencontre de jeunes musiciens polonais. Un orchestre symphonique complet de quarante-cinq élèves du conservatoire de Cracovie est venu jouer un ensemble de morceaux de musique savante, allant du Baroque au Romantisme lors d’un concert d’environ une heure trente. La salle Lingois était remplie d’un grand nombre d’élèves, des différents niveaux du collège, aux regards et à l’écoute attentive. Le silence le plus complet se fait entendre sur les premières notes d’un clavecin ou d’un alto, la peau frissonne quand le tempo s’accélère et s’accentue… La magie d’une richesse et d’une diversité culturelle opère et le temps est suspendu à l’écoute d’œuvres de Georg Philipp TELEMANN, Zigmunt NOSKOWSKI, Johannes BRAHMS ou Franz SCHUBERT. Dès les premières heures de cours, une entrée aux notes de la marche impériale de Star Wars avait retenti dans les couloirs du collège, comme pour annoncer avec intensité le choc de cette rencontre. Puis, les élèves de 6ème ont pu découvrir lors d’ateliers les différentes familles d’instruments et discuter avec ces jeunes élèves du Lycée « Frédéric Chopin » qui se destinent tous à une carrière de musicien professionnel. La qualité de cette formation est unanimement reconnue par des prix internationaux prestigieux comme le prix Herbert Von Karajan. Cette rencontre incroyable, qui se déroule pour la troisième année dans ce collège, est portée par l’association des Heures Musicales de la Vallée de la Bresle, en la personne de Jean-Pierre Menuge. Cette association, qui fête ses vingt ans, fait vivre de façon mémorable la musique dans toute sa richesse et sa diversité.

M.Gosse dit le touche à tout

Les plaidoiries

Le vendredi 27 janvier, nous sommes allés assister aux plaidoiries de Caen pour le grand final qui se passait dans le Mémorial, un endroit où tout ce qui est arrivé pendant le débarquement est raconté.
Malheureusement à peine arrivés, on nous a précipités dans tout le musée sans même nous laisser le temps de visiter.
Les plaidoiries ont mis du temps à débuter. On nous a présenté les membres du jury et les animateurs, (c’était d’anciens candidats).
Quand ces présentations furent terminées, on a enfin pu écouter les plaidoiries.
En tout, il y en avait sept soit en duo soit en solo qui parlaient toutes d’atteinte aux droits de l’homme. Plusieurs portaient sur les droits des femmes dans les pays en difficulté, je trouve qu’elles étaient très intéressantes et touchantes.
J’ai particulièrement apprécié la plaidoirie de Audrey Bonnel et Léa de Greef « Demi- femmes ».
Mais certaines lycéennes se sont amusées à donner des coups de pieds et tirer les cheveux, apparemment c’est très amusant et distrayant de faire mal aux autres.
Personnellement, je vais m’y mettre sur le champ!!!
Revenons à nos coin-coins ; quand le moment de remettre les prix est arrivé, nous avons eu bien des surprises !!!
Le grand gagnant a été Lancine Komara, du lycée Albert Camus de … Guinée !!!!! Sa plaidoirie « A jamais marquées dans la chair et l’esprit » dénonçait l’excision. Il a gagné un voyage d’une semaine à NEW YORK !!!!!!!
J’ai été surprise de voir monter sur scène le benjamin du concours, Corentin Luce, quinze ans à peine, qui a fait une plaidoirie sur la guerre en Syrie. Je n’avais pas aimé sa plaidoirie mais sur scène c’était le meilleur.
Danaé Gaggi